Lunel : qui met le feu dans la résidence Bel Air ?

INCENDIAIRE. La résidence Bel Air, située rue des Aires à Lunel est la cible de plusieurs mises à feu à l’intérieur des parties communes, depuis plusieurs mois. Une situation qui inquiète les locataires et le bailleur social Vilogia. La brigade de gendarmerie de Lunel a été saisie de l’enquête. De discrètes investigations sont en cours pour identifier formellement le ou les vandales.

Régulièrement, et ce depuis sa livraison en mai 2015, la résidence du Bel Air est la cible de plusieurs actes de vandalisme, dont des mises à feu, généralement la nuit, mettant en danger la vie des locataires. « Ces derniers mois, un feu a été allumé dans le local poubelles situé à l’intérieur de l’immeuble, plusieurs autres ont été allumés dans la poubelle jaune située à l’intérieur, des cartons ont été déposés dans les cages d’escalier pour être incendiés et dernièrement, une poussette a brûlé dans les caves, un geste encore volontaire », déplore une personne proche du dossier.

Plusieurs plaintes

Plusieurs plaintes ont été enregistrées auprès des militaires de la compagnie de gendarmerie de Lunel, mais les actes continuent et auraient même tendance à s’intensifier. Ces derniers jours, deux incendies ont été allumés, notamment dans le hall : des vélos et une poussette d’enfant ont été calcinés.

Ces incendies, rapidement maîtrisés par les sapeurs-pompiers de la ville dégagent beaucoup de fumées. Des familles ont peur d’être asphyxiées, si elles ne se réveillent pas.

Après avoir fait intervenir un médiateur, rencontré l’ensemble des locataires de l’immeuble, réalisé une étude de sécurité incendie, déposé une plainte contre X, Vilogia reste dans l’incompréhension et avoue, « ne plus savoir quoi faire ».

Un locataire ou une personne tiers ?

Si les gendarmes mènent l’enquête, pour les locataires et le bailleur, il n’y a aucun doute, c’est très certainement un des locataires « qui serait probablement fasciné par le feu ». Les badges ont été changés, tout comme les codes d’accès aux parties communes, en vain. Les actes continuent.

« Nous étudions la mise en place de caméras de surveillance », nous indique la responsable grand sud du bailleur, tout en précisant que Vilogia en France compte pas moins de 65’000 logements, près d’un millier en province et une quarantaine dans cette résidence, et que « ce qui se passe à Lunel, c’est du jamais vu ».

« Nous avons une autre résidence à quelques mètres de celle-ci et tout se passe bien, donc ce n’est pas Lunel en soit, mais bien un cas particulier et personnel », nous précise la responsable. Les résidents de Bel Air ont le sommeil léger, de crainte que l’incendiaire ne récidive. Ils restent surtout sur leur garde, histoire d’arriver à le surprendre en flagrant délit.

L’autre nuit, une poussette a été incendiée. Photo Métropolitain. D.R.
Une partie commune du Bel Air visé l’autre nuit. Photo Métropolitain. D.R.

1 Comment

  1. Rien de tel qu’un article sur e-metropolitain pour s’assurer de la discretion des investigations 🙂
    En esperant que celui qui fait ca une fois identifié soit très sévèrement sanctionné: expulsion des lieux, remboursement de tous les degats et prison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *