Gault&Millau 2017 : 24 nouvelles tables en Occitanie

GASTRONOMIE. Cette année, le célèbre guide gastronomique distingue 24 établissements en Occitanie, l’ex-région Languedoc-Roussillon, qui intègrent pour la première fois sa sélection. Du nouveau label « Pop » aux restaurants doublement « Toqués », zoom sur les petits derniers régionaux du Gault&Millau.

Le célèbre guide gastronomique a présenté à Paris sa dernière édition, un guide 2017 des bonnes tables françaises qui, pour la seconde année consécutive, « honore les petits nouveaux », précisent les éditeurs. La bible de la gastronomie distingue en effet les « Tables Pop », un concept estampillé Gault&Millau pour désigner « une petite table très sympathique et tendance, concept et ambiance remarquable ». Le guide en a trouvé.. une seule nouvelle ici pour 2017.

Mais, dans cette promotion, où 300 établissements font leur entrée, le Languedoc et le Roussillon s’en tirent plutôt bien avec 24 restaurants distingués par le Gault&Millau. Un chiffre à comparer aux 7 nouveaux restaurants sélectionnés pour l’Auvergne, 1 pour la Bourgogne, 10 pour la Corse, 99 pour la région PACA -Provence-Alpes-Côte-d’Azur- et 170 pour la région Rhône-Alpes : « Pour beaucoup d’entre eux, c’est leur première citation dans un guide », rappelle le Gault&Millau, qui présente ces 24 trouvailles :

DANS L’HÉRAULT

1789 Lounge 
(Montpellier) du chef Guillaume Pape. Note : 13. Deux Toques.
« En centre-ville, dans la salle voutée en pierre ancienne, l’ambition est palpable. Le chef formé chez Bellin mène bien son affaire : un peu de chic tapageur (de la truffe un peu de partout, en association avec la Maison Bruno de Lorgues) et de l’originalité dans les assiettes aux motifs bien actuels : sablé d’asperges blanches, émulsion de pata negra ; filet mignon de veau, crème d’épinard, pomme de terre de Noirmoutier au jus de rôti ; soufflé passion, marbré glacé… pour deux Toques d’entrée ! Service attentif et décontracté, cave régionale bien pourvue avec un bon choix en vins au verre ».

Anga 
(Montpellier) de Cyril, Arthur et Pierre. Note : 12,5. Une Toque.
« Anga veut dire vapeur en suédois, allusion à un mode de cuisson et à un four suédois adoptés par l’établissement. Cyril, Arthur et Pierre jouent sur le naturel, les produits du cru bien mariés et bien accommodés et sur une sélection viticole qui se tient bien. Desserts un poil en dessous, mais les plats sentent bons la bistronomie citadine qu’on attend : sardines tomates basilic, agneau curry thaï haricots verts cocos brocolis… Arthur et Cyril sont « Jeunes talents » du Gault&Millau 2017 ».

Angus et Bacchus
 (Montpellier). Note : 10.
« De l’angus, mais aussi de la blonde de Galice, de l’Aberdeen, de l’Aubrac, de la Salers… Les meilleures provenances sont réunies dans ce « bar à viandes » où les bons morceaux, bien cuits, sont servis généreusement et que l’on peut faire précéder d’un os à moelle ».

Le Grand Bleu (
Bouzigues). Note : 11. Une Toque.
« Au bord du bassin de Thau, cette brasserie de la mer offre le confort, la tradition et le panorama… Les habitués viennent les yeux fermés gouter les huitres, les poissons de la maison Bénézech travaillés simplement, le poulpe grillé et les coquillages. Beaux plateaux de fruits de mer que l’on accompagne d’un Picpoul de Pinet. »

La Palangrotte
 (Sète) de Jean-Raymond et Sylvie. Note : 12. Une Toque.
« Une référence pour les Sétois qui viennent goûter une sérieuse cuisine marine selon l’arrivage du moment. La bouillabaisse à 31 € peut suffire, mais la formule à 37,50 € en donne un petit peu plus avec les beignets d’anchois, la bourride de lotte, la souris d’agneau au thym et les profiteroles. Pour faire simple, le bon menu à 16,90 €, servi midi et soir, suffira ».

La Recette (Boujan-sur-Libron). Note : 10.
« La Recette, qui remplace O Caméléon, propose une cuisine modeste : salade de sardine, hampe de boeuf, Paris-Brest. La cave reste le point fort de l’établissement ».

Ducos (Juvignac) de Pierre Ducos. Note : 12. Une Toque.
« Le jeune chef propose une carte innovante à base traditionnelle, utilisant volontiers les poissons et les fruits de mer. Belle carte des vins du Languedoc, une service rapide et aimable ».

DANS L’AUDE

A 4 temps
(Carcassonne) de Franck Putelat. Note : 12. Une Toque.
« Le chef audois Franck Putelat (2 étoiles Michelin) se diversifie avec l’ouverture d’une brasserie en plein centre-ville, créée en association avec son sommelier, Thomas Brieu, et le jeune chef Tony Béteille, formé à l’Hôtel du Palais à Biarritz et qui fut son second  pendant 5 ans. Une proposition volontairement simple où les plats de tradition deviennent des plats de chef : couteaux au persil, sandre lentilles et foie gras, cassoulet, pâté en croûte, côtelettes d’agneau curry riz basmati ».

Célestin (Narbonne) de Xavier Plégades. Note : 10.
« Le caviste a orienté son métier vers une activité plus complète avec un espace bar à vin en plein cœur de ville qui séduit avec ses charcuteries, un excellent manchego, des anchois préparés par le patron et même des petits desserts maison ».

L’Atelier des Saveurs (Bize Minervois). Note : 12. Une Toque.
« La maison évolue dans son offre et reste attractive autour de sa cave avec les minervois du domaine… La cuisine s’est recentrée sur des valeurs communes, dans une certaine simplicité, à l’image des généreux buffets à 18 € pour le déjeuner ».

Le Grand Cap (Leucate) d’Erwan Houssin. Note : 14,5. Deux Toques.
« Pour le jeune chef qui prend la suite d’Alexandre Klimenko, la patte est là : une salade de poulpe et tomate pleine de fraîcheur, des couteaux hachés câpres et salicornes en condiment qui font merveille avec le merlu-artichaut, et pour le dessert cerise et chocolat crème glacée au poivre, abricot amande caramélia ».

DANS LE GARD

Le Belcour (Nîmes). Note : 11. Une Toque.
« Un ancien de chez Rabanel a ouvert cette petite adresse planquée du vieux Nîmes. Il y développe une cuisine maligne et suggestive : rougets de petit bateau crème de brandade, fraîcheur de bœuf bio en pot-au-feu , vinaigrette de betterave poêlée bio d’encornets au chorizo sauce à l’encre de seiche, pavé de veau bio sauce marengo ».

Le Bistrot des Arène (Nîmes), de Sally et Johann. Note : 11. Une Toque.
« Ce bistrot multitâche rend bien des services, ouvert de façon extensible pour les petits déjeuners, le casse-croûte ou l’apéro. Salade lyonnaise, quenelle de brochet sauce Nantua, andouillette, tête de veau gribiche… Le menu Bistrot est à 20 € ».

Le Carré d’Art (Nîmes). Note : 10.
« Cette jolie maison de maître installée près du musée d’Art Contemporain vaut le déplacement autant pour sa terrasse ombragée que pour le bon rapport qualité-prix du menudéjeuner sous la barre des 20 € (entrée, plat et café gourmand) ».

Le cul d’poule (Nîmes). Note : 10,5.
« Une simplicité de bon aloi avec un menu à moins de 20 € qui paraît le meilleur choix. En direct de l’ardoise, la crème de brocolis aux noisettes, la lasagne de poissons aux épinards et parmesan, et la crème brulée ».

Le Jardin d’Hadrien (Nîmes). Note : 10.
« Cette vieille table nîmoise fait peau neuve avec l’arrivée du chef Victor Dos Santos en provenance de l’Enclos de la Fontaine… Quelques plats intéressants : dos de saumon mi-cuit, cabillaud à l’unilatérale et risotto de poireau en aïoli qui justifient une première et timide mention, cave, déco et service étant encore à améliorer ».

Le M (Nîmes). Note : 10.
« Le lieu est superbe, la maison a de l’ambition. L’effort est visible et la cuisine avance avec l’arrivée du jeune chef Franck Gamard (ancien de chez Croizard). Les formules sont bien vues et la cave intéressante ».

Le Mouton Bleu (Nîmes). Note : 10.
« De bonnes sensations dans cette petite maison centrale accueillante et bien orientée produits et vins dans un esprit méditerranéen revisité à l’époque actuelle : gratin de ravioles, briouate au foie gras (baptisé Rossini), tajine de poulet olives et citron confit, carpaccio d’orange et sorbet clémentine arrosé à l’alcool de figue… avec un menue ensoleillé à 27 € ».

Aromatik (Aigues-Mortes). Note : 11. Une Toque.
« L’ancien Salicorne est devenu une table plaisante. Les produits de saison se retrouvent à leur avantage dans un menu-carte à 34 € avec la burrata, tomates cerises grappes et pesto de basilic ; le duo pavé de cabillaud et rougail de moules, purée de carottes et mini-courgette ; brownie au chocolat noir et cacahuète au beurre salé, glace vanille ».

Restaurant Maje (Aubais). Note : 10,5.
« Marianne et Michaël proposent une cuisine de saison à prix très doux : risotto de Saint-Jacques et gambas coulis de poivron, agneau farci aux cèpes, sphère de meringue croquante crème de marron et chantilly. Petite carte des vins pour un accueil charmant et familial ».

La villa Montesquieu (Laudun). Note : 12. Une Toque.
« Une ancienne bastide provençale du XIXe siècle très bien rénovée et entourée de verdure, jolie terrasse et patio à l’ombre… Une cuisine plutôt consensuelle qui ne manque pas d’attrait, dont le menu à 32 € est un bon choix médian : croquant de canard, tartare de pomme acidulées, crème de foie gras ; pièce de Salers échalotes vin rouge croustillant de risotto ; tarte citron déstructurée ».

Auberge Gardoise (Vallérargues) Frédéric Ballauri. Note : 12,5. Une Toque.
« Dans la Garrigue cévenole, un lieu naturel calme et reposant… Belle formule à 38 € avec le melon crumble, serrano, duo de melon charentais et canari, gelée basilic et banyuls réduit et les fettucine Fraîches du jour au pata negra, tomates séchées, fèves, pignons de pin et émulsion d’herbes du jardin. Agréable dessert nectarine rôtie, cœur coulant caramel beurre salé à la lavande, tuile nougatine… La seconde Toque pointe le museau ».

La Table 2 Julien (Montaren) de Julien Lavandet. Note : 11. Une Toque.
   « Le soir, le chef développe ses thèmes sur la fraîcheur et les produits de saison bien travaillés et propose le midi un menu unique à 24 € : une salade de haricots verts au chèvre pané, une bonne pièce de boeuf et un moelleux au chocolat cacahuètes grillées ».

La Famille (Uzès). Note 10. Table « POP ».
« Chez Yoko et Roma est un bar à vins de forte convivialité, implanté sur le site d’une ancienne boulangerie. Pour accompagner les bonnes quilles, charcuterie, bœuf thaï, pan con tomate, taboulé de quinoa, croque-monsieur… du grignotage sympa qui englobe une viande du jour sauce chimichurri et un poisson du jour. A vos gobelets ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *