Baromètre : en Occitanie, les conducteurs sont très dangereux

SONDAGE. Selon une étude réalisée par le groupe d’assurances AXA Prévention, à la suite d’un sondage et d’une enquête statistique, 45% des conducteurs d’Occitanie téléphonent au volant, et parmi eux, 33% font simultanément un excès de vitesse. Analyse de ce baromètre.

L’Occitanie compte 51% de bons conducteurs -vs national 49%-, mais beaucoup d’automobilistes commettent beaucoup d’imprudences et relativisent trop les dangers du téléphone au volant. Ils se montrent également peu respectueux des limitations de vitesse que ce soit en ville, sur les routes secondaires ou sur l’autoroute.

Aussi, les infractions s’additionnent-t-elles : dans notre région, les conducteurs cumulent en moyenne 10 comportements dangereux sur un même trajet. C’est plus qu’au niveau national qui sont de 9.

Dans un contexte de mortalité sur les routes de France en hausse pour la troisième année consécutive, AXA Prévention a mesuré pour la première fois le cumul des pratiques à risques dans les habitudes de conduite au quotidien. L’observation de 33 infractions et comportements dangereux dresse un constat alarmant. En effet, c’est aujourd’hui leur addition au cours d’un même trajet qui génère potentiellement l’accident.

33% roulent vite en téléphonant

Point marquant du cumul des risques : 18% des Français téléphonent au volant et font en même temps un excès de vitesse. Mais, en Occitanie, c’est encore pire : la proportion des conducteurs qui combinent ces deux pratiques est alarmante, puisqu’ils sont 33%. Les conducteurs Occitans font autant d’excès de vitesse que la moyenne des Français (idem national 82%), mais 8% reconnaissent des excès de vitesse élevés et systématiques (vs national : 3%).

Si les Français sont maintenant convaincus de la dangerosité de la grande vitesse, ils relativisent énormément les excès de vitesse dits «modérés » -jusqu’à 20 km/h au-dessus de la limite autorisée-, mesurés pour la première fois par le Baromètre AXA Prévention. Seuls 18% des Occitans respectent scrupuleusement les limitations de vitesse.

Abus sur l’autoroute

60% des conducteurs de l’Occitanie se sentent en sécurité sur l’autoroute, ce qui est inférieur à la moyenne des Français : vs national de 64%. De ce fait, ils prennent des risques et respectent peu les limitations de vitesse: 58%roulent à 140-150 km/h -vs national : 46%- et 16% à 160-170 km/h : vs national 11%.

>> Rouler à 150 km/h plutôt qu’à 130 km/h sur 100 km ne fait gagner que 6 minutes, selon des données de la Prévention Routière.

Sur le réseau des routes secondaires, 55% roulent à 100-110 km/h -vs national 51%- et 28% à 120-130 km/h : vs national 23%. Paradoxalement, les conducteurs d’Occitanie s’y sentent peu en sécurité -22% ce qui est légèrement plus que la moyenne nationale à 17%-, mais cela ne les empêche pas de prendre des risques.

> Les limitations de vitesse ont été fixées à partir de l’observation des limites de l’individu et des lois physiques. Au-delà de ces limites, la sécurité des usagers de la route est en danger, selon la Sécurité Routière.

Infractions élevées en ville

En ville, leur comportement se révèle plus infractionniste que la moyenne des Français, alors que leur sentiment de sécurité s’avère très inférieur : 20% vs national 26%. Le constat de ces infractions élevées est permanent à Montpellier : feux rouges « brûlés », panneaux stop et cédez le passage non respectés, demi-tour sur des voies dotées d’une ligne continue etc.

Ils sont 48% à rouler à 65 km/h -vs national 36%- au lieu des 50 et tout comme ailleurs en France, la zone 30 n’est pas du tout respectée : 76% des automobilistes roulent à 40-50 km/h : vs national 69%.

Concernant les autres infractions principales en ville, ils doivent poursuivre leurs efforts : 55% doublent ou tournent sans mettre leur clignotant : vs national 44%. Et au feu orange, 78% ne s’arrêtent pas : vs national 77%. L’installation de nouveaux radars aux feux tricolores est envisagée à Montpellier.

> Un piéton a 95 % de chance de survie lors d’un choc à 30 km/h, 53% à 50 km/h et seulement 20% à 60 km/h (données Prévention Routière).

2/3 de la mortalité en ville concerne des usagers vulnérables : piétons et cyclistes (données ONISR, Observatoire national interministériel de la Sécurité routière). La vitesse excessive ou inadaptée est la première cause des accidents mortels (données ONISR).

Trop de téléphones au volant

En Occitanie, les chiffres de l’utilisation récurrente du téléphone au volant montrent une dégradation très importante des comportements, cette année : 45% des automobilistes de la région téléphonent au volant. Ils étaient 28% en 2016, soit une hausse de 17 points, du jamais vu : vs national 39%.

Ils sont aussi nombreux que la moyenne des Français à utiliser leur téléphone pour divers usages : appels, SMS, mails, GPS, etc., puisqu’ils sont 59%. Mais là encore, c’est beaucoup plus que l’an dernier, puisqu’ils étaient 38% en 2016, soit une hausse de 21 points.

Ainsi, 31% consultent ou envoient des SMS -ils étaient 11% en 2016, soit une hausse de 20 points – vs national 24%- et 37% suivent leur itinéraire sur le GPS de leur smartphone, contre 20% en 2016, soit une hausse de 17 points : vs national 40%.

Les Français disposent de téléphones de plus en plus sophistiqués, de ce fait, ils abandonnent le GPS de leur véhicule. Une pratique autorisée, mais qui participe à détourner l’attention, notamment par une ergonomie inadaptée. Celle-ci couplée à une sollicitation régulière des applications collaboratives peut provoquer un danger.

> 10 personnes meurent ou sont gravement blessées chaque jour sur les routes à cause d’une conversation téléphonique, selon des chiffres de la Prévention Routière. Et Lire ou écrire des SMS augmente par 23 le risque d’accident (données ONISR).

L’alcool au volant

24% des conducteurs de la région Occitanie prennent le volant après avoir bu plus de 2 verres d’alcool : vs national 22%. Exactement comme la moyenne des Français, ils sont également peu nombreux à prendre le volant après avoir bu 4 à 5 verres de boissons alcoolisées : 5%, contre le vs national de 4%.

>> Les conducteurs ayant bu de l’alcool ont 8,5 fois plus de risques que les autres d’être responsables d’un accident mortel (données ONISR).

  • En France, 30% des personnes tuées le sont lors d’un accidentdans lequel au moins un conducteur présentait une alcoolémie au-dessus de 0,5g/l (données ONISR).
  • Le taux d’alcool est limité à 0,2 g/l pour tous les permis probatoires. Cela correspond à zéro verre d’alcool car dès le 1er verre, ce seuil peut être dépassé.
  • 57% des conducteurs retardent les interventions de réparation ou d’entretien, contre vs national 51%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *