Étiquetage nutritionnel : le logo Nutri-Score va arriver dans les rayons

0
Michele Rivasi dévoile l'etiquetage nutritionnel - Romuald MEIGNEUX/SIPA.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine a tranché en faveur de ce logo. La balle est dans le camp des industriels, mais tous ne sont pas prêts à l’utiliser.

Cinq couleurs

Inspiré du modèle britannique, le Nutri-Score, également appelé “5C”, propose une échelle de cinq couleurs allant du vert au rouge en fonction de quatre paramètres : l’apport calorique pour 100 g, la teneur en sucre, en graisses saturées et en sel. Des paramètres également pondérés en fonction du pourcentage de fruits, de légumes, de légumineuses et d’oléagineux.

- Annonce -

Le feuilleton de l’étiquetage nutritionnel dure depuis des années. Initialement, le système retenu devait être choisi par décret, après avoir été adopté par la loi de Santé de janvier 2016, qui avait déjà suscité de vifs débats. Dès janvier 2014, le professeur Serge Hercberg, qui dirige l’EREN, avait remis à la ministre de la santé un rapport sur la politique nutritionnelle française, dont le logo était l’une des mesures préconisées.

Objectifs de santé publique

L’objectif est de rendre plus compréhensibles les informations actuelles, qui ne sont guère lisibles par les consommateurs, et d’inciter les Français à écarter les produits riches en gras, en sel et en sucre, pour lutter notamment contre la progression de l’obésité, qui touche 17 % de la population.

Il reste que cet étiquetage sera facultatif, la réglementation européenne ne permettant pas de le rendre obligatoire, ce que regrette la ministre de la santé. « Je compte sur la pression des consommateurs, qui demandent à être informés, pour que les industriels s’engagent dans cette voie », insiste Marisol Touraine dans les colonnes du Parisien. Six groupes industriels ont d’ailleurs annoncé il y a quelques jours la mise en place de leur propre logo.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here