Tennis : le nouveau président de la FFT à Montpellier ?

ÉLECTION. Un Corse a été élu président de la Fédération française de tennis (FFT), samedi. Comme quoi, l’arrivée d’un insulaire sur le continent peut calmer une tempête interne, sur fond d’enquête judiciaire.

Bernard Giudicelli, 59 ans, à la tête de la ligue de tennis de Corse depuis 1991 et chairman de la Coupe Davis depuis 2015, succède à Jean Gachassin à la tête d’une instance plombée par une guerre intestine, des déboires judiciaires et de mauvais résultats.

Il s’est imposé face à son principal adversaire, Jean-Pierre Dartevelle, vice-président chargé de la compétition, avec qui il s’est entredéchiré durant la campagne. Outsider, Alexis Gramblat, un avocat de 38 ans, vice-président du Tennis club de Paris, s’est classé 3e. Bernard Giudicelli a obtenu 897 voix contre 830 pour Jean-Pierre Dartevelle.

Enquête sur un trafic de billets

La désignation de Giudicelli clôt une campagne houleuse, menée alors que le parquet national financier enquête sur des faits présumés de trafic de billets de Roland-Garros. Jean Gachassin est le principal visé dans cette affaire. Il est soupçonné d’avoir cédé illégalement des billets -on parle de 250 à 700 par an- à prix coûtant à un ami, agent de voyage dans son Sud-Ouest natal, qui les aurait revendus au moins cinq fois plus cher.

Le président sortant est aussi suspecté de trafic d’influence, dans le cadre du chantier d’extension de Roland-Garros. Gachassin nie. Giudicelli et Dartevelle aussi. Tous deux sont soupçonnés d’avoir revendu de manière illicite des billets et étouffé les suspicions de malversations pesant sur leur président. Un véritable «pacte du silence» selon l’Inspection générale de la jeunesse et des sports (IGJS).

Un centre national sur terre battue ici ?

Le maire de Montpellier et président de la métropole, Philippe Saurel n’a pas tardé à adresser ses félicitations au nouveau président de la FFT, samedi soir, dans un tweet. Au lendemain de l’Open Sud de France à l’Arena, remporté par l’Allemand Alexander Zverev, Philippe Saurel a révélé qu’il avait un projet d’implanter un centre national d’entraînement sur terre battue à Montpellier ou sur un terrain d’une commune de la métropole.

Il attendait l’élection du nouveau président de la Fédération nationale de tennis pour plaider ce projet qui lui tient à coeur. Bernard Giudicelli pourrait rencontrer Philippe Saurel qui l’inviterait à Montpellier. La balle est dans le camp du président de la FFT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *