Baillargues : la mamie « miraculée des trains » était ivre

INFO MÉTROPOLITAIN. C’est une véritable miraculée du passage à niveau de Massane, sur la route de Mauguio, à Baillargues : une retraitée de Palavas-les-Flots âgée de 71 ans a échappé à la mort mardi à 17h50, lorsque sa 206 a été d’abord percutée par un train exprès régional (TER) roulant dans le sens Montpellier-Nîmes, puis renvoyée en toupie contre le TGV Ouigo, circulant dans l’autre sens.

Quand les témoins de ce double choc, dans un fracas épouvantable se sont précipités, tout comme les conducteurs des deux trains qu’ils ont immobilisés, la mamie, en état de choc, n’était que légèrement blessée. Elle a été prise en charge par les sapeurs-pompiers de Castries.

Même scénario une heure plus tôt

Les gendarmes de la compagnie de Lunel, rapidement sur les lieux ont débuté leurs investigations : accident ou tentative de suicide ? C’est la dernière hypothèse qui est privilégiée, ce mercredi matin. À 16h45 hier, cette même voiture avait été signalée comme étant garée sur les rails, au milieu de ce passage à niveau du quartier de Massane, à Baillargues, à proximité de la gare SNCF des TER.

Selon nos informations, une heure avant l’accident spectaculaire, le conducteur d’un train qui roulait à faible allure à l’approche de la gare de TER de Baillargues avait pu stopper, à la vue de cette 206 de couleur grise en travers des voies. Des témoins étaient intervenus pour faire enlever le véhicule du passage à niveau, pour que le trafic ferroviaire puisse reprendre.

Beaucoup d’alcool

Lors du choc successifs avec les deux trains une heure plus tard -le TER roulait vers Lunel à faible allure, car il allait s’arrêter en gare TER de Baillargues, ce qui explique que la 206 n’ait pas été broyée-, la septuagénaire était en état d’ivresse. En effet, le test d’alcoolémie pratiqué quand les gendarmes sont arrivés sur place a révélé un taux assez élevé, qui n’a pas été communiqué.

Le fait que la retraitée palavasienne ait déjà immobilisé sa voiture au milieu du passage à niveau avant l’arrivée d’un train et qu’elle ait récidivé une heure plus tard constitue un indice laissant penser aux gendarmes qu’elle voulait mettre fin à ses jours, après avoir consommé beaucoup d’alcool.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *