Montpellier-Clapiers : un attentat terroriste déjoué

ARRESTATIONS. Selon une source policière, une opération antiterroriste a été menée ce vendredi matin à Montpellier, à Clapiers et à Marseillan, près de Sète, où des perquisitions étaient toujours en cours à 10h45, avec des policiers de l’antenne d’ici du RAID.

Ce sont les policiers de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) descendus de Paris, qui préparaient l’intervention depuis 48 heures. Des préparatifs entourés d’un secret total, des responsables de la police nationale de l’Hérault et de la gendarmerie n’ayant été informés de l’opération qu’en dernière minute.

70 grammes de TATP, un puissant explosif ont été saisis au domicile du commanditaire présumé, à Clapiers, au nord de Montpellier. Le locataire âgé de 20 ans est le concubin d’une adolescente de 16 ans qui fait partie des suspects arrêtés à l’aube.

À Montpellier, un appartement dans un immeuble situé entre le Corum et le cimetière Saint-Lazare a été investi à l’aube, ce vendredi, par les policiers du RAID et de la police judiciaire. Les autres perquisitions ont eu lieu à Marseillan et à Clapiers.

Une adolescente de 16 ans

Dans l’appartement de Clapiers, où vivait le concubin de l’adolescente, les enquêteurs ont découvert un véritable laboratoire de préparation pour réaliser l’explosif, dont de l’acétone, de l’acide sulfurique et de l’eau oxygénée. Des seringues et des gants de protection ont été saisis, par ailleurs.

Selon des informations obtenues à Paris, un attentat terroriste était en préparation sur un site touristique très fréquenté de la capitale. La mineure, qui serait âgée de 16 ans se serait faite sauter avec un gilet rempli d’explosifs.

Selon une source policière, l’adolescente aurait servi d' »appât » pour passer inaperçue au milieu des touristes. Les quatre suspects -3 hommes et une femme- âgés de 16 ans, 20 ans, 26 ans et 33 ans sont en garde à vue.

Selon la chaîne d’informations LCI, l’adolescente avait prêté allégeance à Daech ce mercredi. Selon l’Agence France Presse (AFP), la mineure, qui vit avec le suspect de 20 ans, avait exprimé sur son compte Facebook, la volonté de partir en zone syro-irakienne ou sinon de « frapper la France ».

Le suspect de 33 ans était un des objectifs surveillés 24h sur 24 par les hommes de la Direction générale de la Sécurité intérieure, la DGSI.

Le projet de ces terroristes présumés, dont on ignore à quelle date il était programmé aurait été découvert sur les réseaux sociaux, par des enquêteurs spécialisés de la lutte antiterroriste qui analysent les messages sur la Toile. L’information d’un attentat ce samedi soir dans une discothèque de Montpellier n’était pas confirmée.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *