Montpellier : l’attentat visait-il une discothèque ?

BOMBE. Une information selon laquelle une discothèque proche de Montpellier aurait été visée par un attentat ce week-end, probablement dans la nuit de samedi à dimanche, n’était pas confirmée à la mi-journée par des sources officielles, policières et judiciaires.

Mais, localement, des informations transpirent, indiquant que les quatre suspects interpellés ce vendredi à l’aube dans une résidence de l’avenue Saint-Lazare, entre le cimetière et le Corum, à Montpellier, comme l’a révélé Métropolitain, dans le lotissement du Fesquet à Clapiers et à Marseillan, entre Sète et Agde avaient l’intention de faire sauter une bombe, « dans un délai imminent, dans une boîte de nuit très fréquentée de la périphérie de Montpellier ».

71 grammes de TATP

71 grammes de TATP, un explosif très puissant, ont été saisis ce matin dans la villa de Clapiers, où réside un homme de 20 ans, concubin de l’adolescente de 16 ans qui figure parmi les suspects arrêtés par le RAID et la sous-direction du parquet antiterroriste de Paris. Une bombe prête à être utilisée. Les explosifs utilisés pour les attentats sanglants du 13 novembre 2015 à Paris étaient du TATP.

Le jeune couple était en contact étroit avec Malik, 33 ans, interpellé à Marseillan, avec un quatrième complice.

Pourtant, des informations qui émanent de sources policières et judiciaires indiquent, ce matin que l’adolescente dotée d’un gilet rempli de cet explosif aurait été utilisée comme « appât » par les complices sur un site touristique de Paris, dans les prochains jours…

« Menace extrêmement élevée »

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a rappelé ce vendredi à midi le « niveau de menace terroriste extrêmement élevé » dans le pays, après le coup de filet antiterroriste dans l’Hérault, qui a permis de déjouer « un projet d’attentat imminent ». Les suspects arrêtés à l’aube à Montpellier, Clapiers et Marseillan projetaient semble t-il de faire exploser une bombe dans une discothèque de la périphérie de Montpellier.

« Nous sommes face à un niveau de menace terroriste extrêmement élevé qui nous oblige à chaque instant à prendre toutes les précautions pour assurer la protection de nos concitoyens », a déclaré M. Cazeneuve, en déplacement à la Souterraine, dans la Creuse.

« Activité des services intense »

Sur les arrestations de ce matin, « Je ne veux pas faire de commentaires, c’est au procureur de la République de les faire en fonction des éléments de l’enquête », a déclaré le Premier ministre. Cette menace « signifie pour les forces de sécurité intérieures et notamment pour les services de renseignement une activité extrêmement intense », a ajouté M. Cazeneuve, qui a évoqué « depuis le début de l’année 2016 (…) plusieurs centaines d’interpellations d’individus qui ont été pour la plupart d’entre eux judiciarisés ».

Le Premier ministre a ajouté : « Soit que ces individus s’apprêtaient à passer à l’acte, soit qu’ils étaient en lien avec des groupes terroristes commanditaires d’actes (…) et que ces acteurs soient situés en France ou sur le théâtre des opérations terroristes ».

Les patrouilles des militaires de l’opération Sentinelle avaient été renforcées depuis ces dernières 48 heures, notamment en gare SNCF Saint-Roch, de Montpellier. Jeudi, des militaires étaient visibles 24h sur 24 dans les halls et sur les quais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *