Autistes sportifs : le concept est né à Montpellier

26
Autistes avec des enfants ordinaires.

SPORTS. Les enfants autistes peuvent désormais pratiquer leur sport favori comme les autres. Le concept inédit mis en place en 2015 à Montpellier par l’Association des sports, télégraphes et téléphones (ASPTT), en collaboration avec le centre de recherches autistes du CHU a séduit la fédération nationale, qui va le développer dans les autres clubs ASPTT du territoire d’ici 2020, à la grande satisfaction de Thierry Braillard, le secrétaire d ‘État de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Il est ce mardi après-midi à Montpellier pour animer une table ronde sur l’inclusion des autistes dans le sport au complexe sportif Léon Cazal à Vauguières, avec des responsables de l’association, du CHU et de l’opérateur Orange.

- Annonce -
PAVÉ 250

« Ce concept est né il y a deux ans avec la précieuse aide financière de la Fondation Orange. Une fois par semaine, treize autistes âgés de 2 à 10 ans pratiquent de la natation, dans deux piscines de la métropole, à Lattes et à la Pompignane, du tennis au gymnase Mireille Bessière, à Port Marianne et des activités d’éveil sportif KidiSport, avec des élèves ordinaires. Il y a un seul autiste par groupe et chaque autiste a son éducateur » explique Magali Wuyts, de l’ASPPT Montpellier. Elle assure que, « l’intégration de ces enfants est contraignante, pas au sens négatif du terme, bien sûr, mais, parce que chaque autiste à gérer est différent ».

L’autisme est un trouble envahissant qui affecte les fonctions cérébrales. Ce sévère handicap n’est plus considéré comme une affection psychologique, ni comme une maladie psychiatrique.

Salon SportColl

En marge de cette table ronde sur l’inclusion des autistes dans le sport, Thierry Braillard inaugurera ce mardi le salon SportColl de la commande publique dans le domaine du sport. Il réunira trois jours durant, acheteurs publics et les acteurs économiques d’une filière en plein essor.

À cette occasion, le secrétaire d’État assistera à la présentation des conclusions de l’étude « dans la Ville », commanditée par le ministère national des élus en charge du Sport (ANDES) et l’Union Sport et Cycle, qui réunit les entreprises de la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active.

Menée auprès de 2’000 jeunes françaises et français, cette étude contribuera à orienter les investissements publics dans les années à venir. Ces trois partenaires dévoileront par la suite les 175 villes lauréates du label « villes actives et sportives ». Cette première édition valorise des activités physiques sportives innovantes, de proximité et accessible.

- Annonce -Téléchargez dès maintenant notre nouvelle application mobile >> http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

26 Commentaires

  1. Dans des groupes d’enfants DIT ordinaires, ou des enfants ne rencontrant pas de difficultés…. on dit aussi des enfants autistes!!!! Avant d’être autistes ce sont des enfants!! Est ce que vous présenteriez votre article en disant : le noir, les gros, la vieille, le cancereus ……

    • Cet article explique la prise en charge d’enfants particuliers qui demande des mesures et dispositions particulières, l’autisme est un handicap et handicap n’est pas un gros mot, on le considère ici comme tel, ce n’est pas l’enfant que l’on traite mais son handicap. Que je sache être noir, vieux ou con n’est pas un handicap. Reprenez donc votre air outragé, ça ne nous aide pas. Merci.

  2. Pour être dans le milieu on ne dit plus autiste mais TED ( troubles envahissants du développement, ou troubles du spectre de l’autisme TSA) merci et penser à écrire enfants aussi . Ce ne sont des enfants avec une maladie mental! Du respect un peu

    • Pour être maman d’un autiste, j’appelle un chat un chat, contrairement à ce que croit le milieu, nous cacher derrière des lettres ne nous aide pas, nous masquer derrière l’ignorance du plus grand nombre aide surtout à notre isolement. C’est ça nous manquer de respect.

    • Je suis dans un établissement qui accueille ces personnes , et désolé de vous contredire mais comme vous dite vous êtes la mère . Nous nous sommes des professionnels et professionnellement parlant nous utilisons plus le terme autiste madame ! A bon entendeur

    • Et c’est bien ce que je dis, et c’est bien dommage. Justement je suis la mère, je le vis au quotidien, H24, mon travail et mon expérience vaut bien votre professionnalisme, j’ai le mépris et la condescendance en moins. C’est avec ce genre de discours que vous faites autant de mal, que vous isolez les parents. Les professionnels je les côtoie tous les jours, celle que je suis est objective, et la mère que je suis sais que les professionnels n’en savent pas plus sur les origines et les traitements que moi. Ajoutez donc une formation à l’humilité dans votre cursus, ça ne vous ferez pas de mal. Bien à vous.

    • Chère Madame je m’occupe pas d’enfant mais d’adulte ! Cela veut dire quoi ? Que je devrais avoir un enfant autiste pour mieux comprendre !? Écouter vous parler avant d’écrire . Ce n’est pas parce que on est pas au sein de la maladie H24 que l’on ne comprend pas ! Vous êtes sérieuse !?
      Peut être avez vous eu une mauvaise expérience , donc pas besoin de mettre tous les professionnels dans le même sac ! Merci sûr ce bonne journée .

    • Pour être maman d’un autiste, j’appelle un chat un chat, contrairement à ce que croit le milieu, nous cacher derrière des lettres ne nous aide pas, nous masquer derrière l’ignorance du plus grand nombre aide surtout à notre isolement. C’est ça nous manquer de respect. Merci pour nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here