Prisons de l’Hérault : 1200 téléphones saisis en 2016

JUSTICE. Quelque 1200 téléphones portables ont été saisis l’année dernière dans les deux maisons d’arrêt de l’Hérault, celles de Villeneuve-lès-Maguelone et du Gasquinoy à Béziers.

C’est Yves Micolet, procureur adjoint au parquet du tribunal de grande instance (TGI) de Montpellier qui l’a révélé, lors de l’audience de jeudi au tribunal correctionnel, où a été condamnée par défaut -en son absence- la concubine d’un détenu de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone qui avait tenté d’introduire 26,5 grammes de résine de cannabis au parloir, l’été dernier. Le représentant du ministère public s’est dit scandalisé de constater tout ce qui pénètre clandestinement dans les prisons, « et pas que de la drogue ». À ce jour, aucun chiffre n’avait été officiellement fourni sur le nombre incroyable de téléphones portables qui atterrissent dans les prisons d’ici.

Jetés de l’extérieur

« Les multiples opérations de contrôles, notamment avec des chiens renifleurs de la gendarmerie permettent de saisir de la drogue, aux parloirs. Mais, il n’y a pas que le cannabis qui rentre dans les deux prisons de l’Hérault, il y a aussi les téléphones portables. Ils sont notamment jetés par des complices depuis l’extérieur des prisons par dessus les murs, dans la cour de promenade. Des détenus parviennent à les récupérer. C’est un véritable fléau, les téléphones mobiles sont interdits dans les cellules », s’est inquiété le magistrat du parquet.

Du rab en cellule

600 téléphones ont ainsi été confisqués par les surveillants de l’administration pénitentiaire l’année dernière dans les maisons d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone et de Béziers, à l’occasion de contrôles fortuits et de fouilles. Les détenus trouvés en leur possession ou ceux qui ont été identifiés comme les ayant lancé par dessus les murs d’enceinte ont été placés en garde à vue par la gendarmerie ou par les policiers de la Sécurité publique. Et renvoyés en correctionnelle, avec en sus du rab derrière les barreaux.

18 Comments

  1. A t’on vérifié si il y a des catapultes autour des prisons ? mais il faudrait surtout que les fouilles soient plus rigides .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *