Territoires : fronde de 8 maires cévenols

COLÈRE. 8 maires du nord de l’Hérault et du nord ouest du Gard partent en guerre contre la communauté des communes des cévennes gangeoises et suménoises (CCCGS) qui refuse d’intégrer les communes de Brissac, Agonès, Moulès-et-Baucels, Sumène,Montoulieu, Saint-Julien-de-la-Nef, Saint-Martial et Saint-Roman-de-Codières.

Dans une lettre ouverte adressée aux habitants, les maires frondeurs, soutenus par des associations locales dénoncent, « le refus depuis deux ans, en dépit de nos demandes réitérées d’étudier un rapprochement officiel avec ses voisins historiques. Il faut dire que le conseil communautaire obtient maintenant la majorité absolue avec seulement 5 communes, Ganges (10 voix), Saint-Bauzille-de-Putois, Laroque et Cazilhac (3 voix), Gorniès, 1 voix, ce qui fait 20 voix sur les 32. On est donc resté dans l’attentisme, aucune étude n’a été faite, les habitants n’ont été ni informés, ni consultés ». Ambiance…

Coup de théâtre

Les huit édiles cévenols de ces communes à cheval entre l’Hérault et le Gard a éclaté le 18 octobre dernier, après un coup de théâtre : « Tout s’est joué en un mois. Le 18 octobre, le conseil communautaire a refusé de continuer notre collaboration avec les deux communautés du Pays Viganais et Causses-Aigoual-Cévennes, en rejetant l’évolution des territoires en Pôle d’équilibre territorial et rural, le PETR, forme consolidée du Pays Viganais devant permettre aux territoires ruraux de se structurer face aux métropoles, explique un des maires, alors que nous étions invités à une réunion d’information, deux jours plus tard au Vigan par les préfets et la Région et sans attendre le résultat d’une étude de diagnostic de territoire commandée in extremis par le président du Pays Viganais, 21 délégués, dont ceux des 5 communes majoritaires ont voté cette prise de position, réduisant pratiquement à néant tout le travail et surtout l’argent investis jusqu’alors ».

« Y a un loup » !

Tout s’accélère. Le 28 novembre, le président de la communauté des commune du Pays Viganais informait le conseil communautaire que, « les contrats de ruralité prévus à l’origine dans le cadre du PETR, pour obtenir des financements de l’État pour les communes, ont été signés « de toute urgence » avec la communauté du Grand Pic Saint-Loup, avec laquelle nous n’avons aucun projet en commun, c’est quand même incroyable », dixit un autre maire contestataire. Selon lui, « dans cette histoire, c’est flou, y a un loup », comme dirait Martine Aubry.

Cette réorientation inattendue, mais forcée conduit donc à un rapprochement avec la communauté des communes du Grand Pic Saint-Loup, avec un glissement vers la zone urbaine de Montpellier. Loin des Cévennes paisibles, où les communes sont classées en « zone de montagne ». Les huit maires montagnards en colère n’ont pas fini de montrer qu’ils existent.

Motif du rejet

Voici une partie du compte-rendu de la réunion de la CCCGS, qui s’est tenue fin 2016 à la mairie de Laroque, dans l’Hérault :

Le conseil municipal de la commune de Laroque, dûment convoqué, s’est réuni en séance ordinaire à la mairie, sous la présidence de Monsieur  Pierre Chanal, maire. Madame Ricome, première adjointe informe les membres présents que Mr Chanal est retenu à une réunion à l’extérieur et précise qu’il aura du retard. Elle ouvre la séance. Elle rappelle que le compte rendu de la précédente réunion du conseil municipal (22 septembre 2016) a été envoyé par courriel à chacun des membres. Après un tour de table, le compte rendu est approuvé à l’unanimité.

Mme Ricome explique que le transfert de compétence PLU (plan local d’urbanisme) à la communauté des communes sera automatique, sauf si 25 % des communes représentant au moins 20 % de la population s’y opposent. Elle propose au conseil municipal de voter pour exprimer une opposition au transfert automatique de la compétence PLU à la Communauté de communes des cévennes gangeoises et suménoises, CCCGS. Après en avoir délibéré et avoir voté à l’unanimité le conseil municipal s’oppose au transfert automatique de la compétence PLU à la communauté de communes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *