Béziers : il met le feu à l’immeuble par vengeance

INCENDIE. Un Biterrois de 53 ans a été interpellé le week-end dernier pour un incendie volontaire présumé allumé dans le hall de l’immeuble, où il réside, rue Giuseppe Verdi, à la périphérie est de Béziers. Il a été placé en garde à vue au commissariat de la ville.

L’alerte a été donnée aux sapeurs-pompiers de Béziers samedi à 7h. À leur arrivée, le hall était en flammes et envahi par d’épaisses fumées toxiques, ainsi que les appartements du rez-de-chaussée. Tous les locataires ont été évacués. L’un d’eux qui occupait un des logements du rez-de-chaussée s’est retrouvé prisonnier, car il a installé des barreaux extérieurs anti-intrusion.

Pour éviter d’être pris dans le feu ou d’être asphyxié, il n’a pas hésiter à traverser le mur de flammes et à quitter l’immeuble, miraculeusement indemne. Il a été réconforté par les pompiers et examiné par un médecin du Smur de Béziers. Il a pu regagner son domicile, une fois l’incendie éteint. Le hall et un appartement du rez-de-chaussée ont été entièrement dévastés.

1,4 g d’alcool dans le sang

L’enquête des policiers de la Sécurité publique de la ville s’est rapidement orientée vers un locataire, un homme de 53 ans, aperçu par des témoins quelques minutes avant que de l’essence en grande quantité ne soit répandue dans le hall et enflammée avec un briquet.

Un locataire en conflit avec des voisins de l’immeuble et avec son ex-compagne. La veille de cet incendie criminel qui aurait pu avoir de graves conséquences humaines, le quinquagénaire avait menacé de mort un des voisins, avant de lui crever des pneus de sa voiture. La voiture de son-concubine a subi le même sort, vendredi soir.

Le quinquagénaire qui était absent de l’immeuble a été interpellé dans la journée de samedi au domicile de sa mère, à Béziers. Il avait 1,4 gramme d’alcool par litre de sang. En garde à vue, il a expliqué qu’il transportait à sa voiture un bidon rempli de carburant, qu’il a malencontreusement renversé dans le hall en raison de son état d’ivresse important -à 7h, il avait environ 2 gramme d’alcool dans le sang- et qu’un incendie s’est déclaré.

Reste que le suspect a été incapable d’expliquer aux enquêteurs pourquoi, alors que le hall était en feu, il a quitté les lieux sans appeler les pompiers, ni sans alerter les locataires de l’immeuble. Cette version ne semble pas convaincre ni les policiers, ni le magistrat du parquet de Béziers qui suit l’affaire. L’hypothèse d’un acte liée à une vengeance contre son ex-compagne et ses voisins est privilégiée.

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *