Les chiffres de la délinquance : nouveau, le « vol à la Zidane »

STATISTIQUES. Le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, entouré du général de gendarmerie Jean-Philippe Lecouffe et du contrôleur général de la Sécurité publique, Jean-Michel Porez a livré ce jeudi matin les statistiques des crimes et de la délinquance dans le département l’année dernière.

En hausse : les atteintes aux biens (49’416 faits, soit plus 4,7%) avec plus 6,4% de vols sans violence contre les personnes (vol à la tire, vols simples), plus 14,4% de cambriolages de logement (résidence principale ou secondaire). Les atteintes volontaires à l’intégrité physique (faible augmentation de 1,1% par rapport à 2015). Les violences sexuelles augmentent de 4,2%. De 11 homicides (meurtre, assassinat, coups mortels etc.) en 2015, le chiffre passe à 30 en 2016 : 16 homicides dans le ressort de la police nationale, 14 dans la zone de gendarmerie, avec beaucoup d’homicides familiaux suivis de suicide. Les réglements de compte sanglants sont rares. Les violences et conflits intrafamiliaux avec 8840 victimes, dont 80% sont des femmes battues par leur mari ou concubin.

En baisse : les vols avec violence : moins 6,5%, dont ceux commis avec arme (moins 15,2%). Les faits de destructions et de dégradations volontaires : moins 2,8%. Les violences physiques crapuleuses, c’est à dire voler les biens d’autrui : moins 6,2%.

Au chapitre de la sécurité routière, baisse de 17% des décès sur les routes : 78 tués en 2016 contre 94 en 2015, mais avec près de 50% d’usagers vulnérables. Un constat encourageant : la diminution de la mortalité routière liée à la consommation d’alcool. L’année dernière, la vitesse excessive et le défaut de maîtrise des véhicules ont été les facteurs des accidents mortels.

Les « roulottiers » en action

Les vols à la roulotte, c’est à dire dans les véhicules en stationnement sont en hausse chaque été, notamment en zone de gendarmerie, le long des plages du littoral, sur les parkings des sites touristiques très fréquentés. 6007 vols liés à l’automobile et aux deux roues ont ainsi été recensés en 2016 en zone police et gendarmerie, avec l’acte des « roulottiers », les vols de voiture, de motos et de scooters.

« Chaque été, nous menons des opérations préventives le long des plages, sur les sites touristiques auprès des vacanciers avec des distributions de flyers, de messages laissés sur les pare-brises pour leur demander de ne pas laisser d’objets de valeur dans leur véhicule, mais, il y a encore du travail à faire », relève le général Jean-Philippe Lecouffe, commandant en second de la région de gendarmerie d’Occitanie, à la tête du groupement de l’Hérault.

Le patron des gendarmes de l’Hérault constate également du laisser-aller au niveau d’un autre fléau, les cambriolages de résidences principales et secondaires : « Nous avons des cambriolages sans effraction, c’est à dire que des propriétaires ou des locataires sont restés une journée absents en ayant oublié de fermer une porte à clé, par exemple ».

En 2016, quelque 5980 cambriolages d’habitations ont été commis, contre 5228 en 2015. Il y en a eu 2600 en zone de gendarmerie.

Mineurs en récidive

Le patron des policiers de l’Hérault, le contrôleur général Jean-Michel Porez lutte contre les agissements répétés d’adolescents, parfois âgés de 10,12 et 13 ans qui multiplient les vols à la tire (pickpockets) notamment dans le tramway. Ce sont des très jeunes bosniaques et des Roms qui opèrent. « Le nombre de ces vols à la tire sans violences physiques à l’actif de ces Roms a augmenté de 64,95% en 2016, essentiellement à Montpellier. Il y a eu 956 faits au troisième trimestre », selon Jean-Michel Porez, qui révèle que « ces adolescents gagnaient jusqu’à 2000 € par jour, grâce aux plafonds de retraits autorisés des cartes bancaires volées avec le code secret, cartes bleues utilisées dans la foulée à un DAB ».

Autres récidivistes qui posent problème, les mineurs non accompagnés, anciennement isolés, qui eux, agressent les piétons pour leur voler téléphones et bijoux autour du cou.

Des mineurs…adultes

Le directeur départemental de la Sécurité publique de l’Hérault s’inquiète de cette recrudescence de vols avec violences qui sont passés de 1472 en 2015 à 2428, l’année dernière. Il révèle que, « ces mineurs non accompagnés, la plupart des réfugiés étrangers hébergés par le conseil départemental de l’Hérault, mais dont certains sont adultes en réalité et possèdent bien de la famille dans leur pays d’origine se livrent désormais au « vol à la Zidane », du nom du célèbre football tricolore Zinedine Zidane, champion du monde avec les Bleus : les jeunes agresseurs virevoltent autour des victimes, en montant et en faisant tourner leurs pieds, avant de les encercler brusquement et de les dépouiller ».

Comme chaque année au moment de la diffusion des statistiques des crimes et des délits dans l’Hérault, le constat reste le même : le couloir entre l’Italie et l’Espagne qu’offre l’autoroute A9 est un atout pour les criminels et les délinquants itinérants -importation de drogue, raids d’équipes de cambrioleurs, d’arracheurs de DAB etc.-, mais une galère pour les forces de l’ordre, qui doivent sans cesse trouver de nouvelles parades pour lutter contre ce phénomène.

Pratique : http://www.herault.gouv.fr

Le préfet interrogé par TV Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *