Une feria à Montpellier en 2018 ?

Ils sont anciens étudiants, tous de Montpellier, et sont désormais réunis au sein d’une association. Ils veulent se lancer un sacré défi : organiser une première Feria à Montpellier au printemps 2018 (mars-avril). Une fête et une tradition chaque année comme à Nîmes, Palavas, Béziers… et pourquoi pas Montpellier ?

L’an dernier l’évènement avait eu lieu dans un bar du centre-ville, mais cette fois les organisateurs voient les choses en grand : « La particularité de la Feria de Montpellier serait qu’elle soit axée à 100% sur les traditions camarguaises. Il n’y aura donc aucune corrida » précise un membre de l’association. Ce qui serait une première en France.

Les organisateurs veulent donc plutôt proposer des courses camarguaises (lâcher de taureaux sur une place en centre-ville) et des animations autour des bodegas.

Lors de ce week-end de fête, il serait aussi question d’organiser des expositions, des conférences, des animations, des concerts et pourquoi pas faire venir les Gipsy Kings. Des contacts ont déjà été pris. « Notre but est de réunir tous les amateurs, les curieux et les étudiants qui ne connaissent pas trop cette tradition du Sud. On veut ramener les traditions régionales dans notre ville » . L’équipe est en train de constituer un dossier pour le soumettre à la Ville et à la Métropole. Des rendez-vous ont déjà été pris, mais il n’y a encore rien d’officiel.

Leur page face book Féria de Montpelier 2018 : https://www.facebook.com/events/1253995601339271/

110 Comments

    1. C’est que tu ne connais pas grand chose sur la ville de Béziers 😉 surtout concernant la Feria , renseigne toi au lieu de dire des conneries pareilles .

    2. Je suis Montpellieraine de naissance Myrille Catpaw j’ai grandit à la paillade et tu viens dire que Montpellier c’est mieux réputée !!!! Ben renseigne toi mieux alors car tu sais pas tout je crois…..et la feria de beziers à toujours exister et y a pas que dans les feria qui a des problèmes y a aussi les fêtes de village etc…… après certes Montpellier à beaucoup plus de chose niveau étude sport et autre mais faut pas dire que ça craind moins.je sais pas quel âge vous avez mais vous vivez les jeunes dans un monde de bisounours maintenant malheureusement…..

    3. Hugo Bauret, C’est grace a l’autre enfoire de Freche que Montpellier est devenu ainsi car la plupart du budget regional servait la ville de Montpellier et le peu qui restait, etait reverse aux autres villes. Peut etre que la ville de Beziers a un maire FN, qui a fait et fait pour Beziers beaucoup plus de bien que les precedents, mais je prefere 1000 fois cela a un maire comme Philippe Saurel qui rejoint l’autre arriviste et hysterique de Macron (les girouettes du PS)…Concernant le sport de haut niveau, le jour ou Nicollin s’en va, il n’y aura plus rien a Montpellier, alors bon… Enfin bref, chacun voit midi a sa porte!!!

    4. Quand on ne connais pas la vue des gens on ne parle pas d.eux 😉
      J’ai vécu dans les deux ville, je préfère mille fois Montpellier et faudrai me payer cher pour que j’habite à Béziers.
      Et dans parler de criminalité, plutôt d.activite et de mentalité

    5. Après moi ça fait pas longtemps que j’habite vers Montpellier mais il y a de là délinquance mais Béziers c’est pire.
      Ils ne respectent pas les forces de l’ordre, fument du shit (de la merde) à tout va et fanfaronne devant des caméras pour se rendre intéressant.
      Montpellier, il n’y a pas ça.

    6. Ha non même avant le maire FN xD on l’a pas attendu ça fait ds années que la région entière en rigole (parfois jaune d’ailleurs, sans rapport avec le pastis, quoi que…)

  1. Oh bande de vieux types qui ralent pour tout : ça créerai de l’emploi et ca attirerait des gens sur montpellier ce genre d’événement, ça ne peut être que bien pour la ville si c’est bien encadré

    1. Mdr y’a peut être un peu de débordements (comme pour tous les événements) mais si la ville a l’audace d’accepter et de faire une féria qui sorte du lot ca peut apporter beaucoup à montpellier donc faut arrêter d’être cloisonné d’esprit.. buvez un verre de rouge (ou enquillez vous la bouteille) vous serez plus détendu

    2. je suis tres detendu, et pas besoin de me saouler la gueule pour ca. une feria n’a jamais rien raporte aux villes mais auc commerçants oui. car vu les deploiements de secours et leur cout sans le maintient de l’ordre

  2. sauf erreur de ma part !!!! je n ai jamais entendu parler d arène à Montpellier !!!! donc une fèria sans arène???? , sans traditions taurines….etc etc….Organiser une grande bringue oui ,mais une fèria,aucun intéré culturel !!!!

  3. Belle initiative!! Ça me fait rire à moitié quand je vois encore et toujours des râleurs, qui ne veulent pas de nouveautés et d’audace! Mais osez le changement nom de dieu!! Ca ne fait jamais de mal à l’économie et à la réputation d’une ville! Et Montpellier, sera se différencier en proposant un féria culturelle et différente! Vives les traditions! Et GRAND MERCI À CES JEUNES!

  4. Laissez sa aux villages ! Des taureaux a montpellier mais n’importe quoi ! Les rues paver seront glissante pour les taureaux et les chevaux ! Beaucoup trop de monde qui y traine ne connaissent pas les traditions et ferons nimporte quoi ! Les racailles les rom’s ect… foutrons la merde ! Dans mon village pendant la fete ils bloquent les entrees du village pour pas laisser la racaille entrer ! Puis cette meme racaille se foutrait en danger en se croyant plus fort sans connaitre l’animal, on les vois chez moi ces petits cons qui font nimporte quoi a faire intentionnellement du mal au taureau ou a se foutre au milieu du cheval au risque de mettre le gardian en danger… nan franchement de la grosse connerie laissez montpellier pour le shopping et cest bon vieux charclots et racailles. Et laissez nos taureaux et nos chevaux tranquil dans nos villages !

    1. Je suis d’accord sur le principe de laisser les traditions taurines aux villages … mais de là à dire « laissez montpellier pour le shopping et ses bons vieux charclots… » … les charclots sont des humains qui n’ont pas forcément choisis leur destin demoiselle … un peu de respect par ce temps de grand froid …

    2. Ce netais pas mechant du tout…. quand jai dit sa ce netais pas pour un manque de respect … je savais que cette phrase ferais polimique mais je lai mise sans forcement mettre plus de details dans le sens ou malheureusement se sera aussi une grande porte ouverte a ces personnes de boir plus que ce qui boivent deja et ainsi nuir aussi a la feria…

    3. Il y a les sans abris qui n’ont plus de famille, plus de travail, plus de repères et aucun toit sur la tête … et il y a peut être ceux que vous citiez « les charclots » qui sont sans doute à vos yeux des personnes en marge de la société et qui effectivement se complaisent dans leur façon de vivre en marge … je sais que ce n’étais pas méchant de votre part et jai bien compris le sens de votre phrase mais il faut quand même « peser ses mots » car les vrais SDF ne sont pas des fauteurs de troubles mais de vrais personnes en détresse … sur ce … espérons qu’ils laissent les feria et autres traditions camarguaises où elles sont actuellement …

  5. Commencez par rétablir la tradition de la fête de la musique, cette fête qui n en n est plus une !
    De la maltraitance en vue pour ces taureaux au vu du nombre de tarés qu il y a en ville , laissez ça aux villages !

  6. Par pitié arrêtez ce genre de conneries… montpellier n’a aucune tradition taurine !! Il y en a déjà bien trop partout autour. Lâchez nous avec vos traditions ancestrales…on est en 2017 et il y a quand même bien mieux à faire à montpzllier que des lachers de taureaux.
    Il y a assez de beauf/alcooliques ou autres dans la ville et les trams… Inutile d’en ajouter !

  7. Montpellier c est pire que Beziers .
    Beziers est bien revenu pendant que montpellier dégringole.
    La feria de Beziers est pas la pire de France pas plus qu une fête de village ou autre événementiel

  8. On en veux pas de la feria, trop dangereux pour les enfants et autres. Ce n’est pas ma culture en même temps. Je suis Auvergnat d’origine alors on ne parle pas de feria une seule seconde là-bas c’est clair mouhahaha ! ! !

  9. Schleuh Man ai-je fais mention de fête camarguaise sombre benêt ?

    FERIA = fête Taurines/Corrida –
    Le rendez-vous des aficionados et des festaïres !-

    Tradition à consonance Espagnol si tu veux !
    On a d’ailleurs longtemps surnommé Béziers  » la petite Séville »)
    Les allées Paul-Riquet ( Pierre-Paul Riquet tu sais? le Monsieur qui a créé les neufs Écluses) Ont longtemps étaient surnommées  » les petites Ramblas »
    Mon dieu ?! Là encore une consonance Espagnol et non Camarguaise !
    1905 date de fin de chantier de nos arènes ( débuté en 1897 ) Pour la petite anecdote la première Corrida fut donné avant même la fin des travaux.
    C’est d’ailleurs grâce à nos arènes que Béziers fut l’une des toutes premières place Taurines de France.
    De nombreux opéras ont vu le jour dans nos arènes ( Saint-Saëns et Faure par exemple)

    Allez !  » Va t’en cagar a la vinha e porta me la clau  » Estranger !

  10. Accueil du site > Notre Patrimoine > La Bouvine > 28. Les arènes > 2. Hérault > Les deux Arènes de Montpellier. (et les autres…)

    Les deux Arènes de Montpellier. (et les autres…)
    Les deux arènes disparues.
    vendredi 30 septembre 2016, par Marie-José GUIGOU, Salva

    Elles se situaient rue de la Méditerranée et boulevard Strasbourg
    Mise à jour par Marie-José GUIGOU , le 27 Septembre 2010
    Augmenter policeDiminuer policeTexte seulement
    Précisions apportées par Marie-José GUIGOU :
    « Il y eut plusieurs lieux d’arènes à Montpellier, en particulier :
    – celles de la rue Méditerranée prolongée (en face le groupe scolaire Jules Simon) de 1924 à 1926 (1ère photo)
    – celles du boulevard de Strasbourg, près du cimetière des Protestants,
    sur un terrain appartenant à l’Usine à Gaz, en deux périodes :
    — de 1898 à 1899 direction Joseph VERDIE
    — de 1903 à 1908 direction François DAUGAREIL (2ème photo)

    sources : Jacques GARCIN, « 150 ans de courses de taureaux à Montpellier » » (275 pages – de nombreuses illustrations)
    Les arènes porteront souvent le nom d’hippodromes ou de cirques, certaines seront fixes, démontables ou provisoires.

    Liste des arènes provisoires et édifices permanents
    où furent organisées des courses de taureaux à Montpellier :
    (page 255)
    1. Arènes carrées, en bois, dans l’enclos Fargeon, au bout de la place de la Comédie, rue Boussairolles, 22 septembre 1770
    2. Arènes près de l’Esplanade – première feria – Trois courses organisées par Brondelle, directeur du théâtre, en 1838
    3. Arènes en bois dans l’enclos dit de Boussairolles à l’entrée de l’Esplanade – Courses organisés par Desfour, en 1849
    4. Arènes dans l’enclos du marché aux bestiaux des Abattoirs. Course organisée en 1860 par Saltet et Verdier
    5. Arènes du Carré du Roy, enclos Sabatier ; Course organisée par Treillet en 1868
    6. Arènes Victor Combes – de 1880 à 1881 – Arènes portatives installées sur le Champ de Mars en 1880 et transportées en 1881 sur le boulevard Louis Blanc, face à la Maison Centrale pour femmes
    7. Arènes Cartier-Claparède – 1880 – 1882 – Cirque en charpente de bois et planches situé sur le terrain Sabatier, derrière l’école du Jeu de l’arc, appelé « Hippodrome du Jeu de Ballon ou Claparède ou de la rue Mareschal. Cartier était associé avec les frères Claparède
    8. Grand hippodrome genre espagnol, 35 route de Toulouse : 1881 à 1888 – Propriétaires : Cartier et Audemar associés jusqu’en 1881, puis Audemar seul. Cirque construit en charpente bois et planches, reposant sur des fondations en maçonneries dans un terrain… au bord de la route de Toulouse, en face de l’octroi
    9. Arènes provisoires de l’enclos des Abattoirs. Courses organisées en 1882 par Limoges, directeur des arènes de Béziers
    10. Hippodrome de la rue Mareschal – 1890 – 1893 – Bâtiment couvert, contenant 3500 places, construit sur un terrain où se trouvait l’ancien vélodrome et antérieurement les arènes Claparède. Le propriétaire était Dussol, l’organisateur Laurens ; Après 1893, il servira de salle de spectacles, de cinéma et de bal (c’est l’ancien Palais d’Hiver) Son emplacement était situé au seuil du centre commercial « Le Polygone »
    11. Premières arènes du boulevard de Strasbourg : 1898 – 1899 – hippodrome situé sur un terrain loué à la Compagnie du Gaz, en bordure du boulevard de Strasbourg, de la rue du Pont de Lattes et de la rue de Barcelone. Propriété de Verdié et organisateur – capacité e 6000 places
    12. Celleneuve : 1899 et 1900 – plan tout en longueur, monté dans la rue de la Condamine – courses organisées par le Comité des Fêtes
    13. Plan Cabanes : 1901 – arènes biscornues construites sur le Plan Cabanes. Courses organisées par le Comité des Fêtes
    14. Quartier des Barques – port Juvénal – 1902 – Courses organisées par le comité des fêtes du quartier présidé par Jean Bousquet
    15. Quartier des Arceaux – 29 rue Saint Louis – 1907 – Plan dans l’enclos fermé de Mr Brun – Course organisée par le Comité du Quartier, présidé par Arpajou
    16. Deuxième hippodrome du boulevard de Strasbourg : 1903 – 1908 – Arènes construites par Daugareil, sur le même emplacement de celles de Verdié. Hippodrome d’une capacité de 2000 places dirigées par son propriétaire
    17. Arènes provisoires de Montpellier, quartier des Aubes près le Lez – 1909 – Directeur Agniel – Arènes en bois construites près du par Rimbaud n bordure du Lez d’une capacité de 3000 places
    18. Arènes du boulevard Pasteur : 1913 – Direction : Francisco Granja Carrita – Arènes dites « Provençales » en bois et portatives, installées sur un terrain au 13 du boulevard Pasteur. Arènes inconfortables de 2500 places, démontée afin de permettre la construction du collège Legouvé aujourd’hui Clémence Royer
    19. Arènes du quartier de la Paille dites « Grandes Arènes Française de l’avenue de Toulouse » – 1914 – direction Brives et Clauzon. Construites derrière l’ancienne gare Chaptal… en bordure de la rue de claret et l’avenue de Toulouse. Belle construction de 6000 places dont 3650 places assises.
    20. Arènes de la rue de Barcelone dites aussi de la rue de la Méditerranée – 1924 – 1926 – Construction en bois située entre la rue de Barcelone et la rue de la Méditerranée, l’emplacement où se trouve de nos jours les ASSEDIC. Très proches de celles du boulevard de Strasbourg, elles étaient d’une capacité de 3000 places et dirigées par Deresne, Miro et Hille.
    21. Arènes du quartier Rondelet : 1934 – 1939 – d’une capacité de 6000 places, construites à l’angle du boulevard Vieussens et du chemin de Maurin (sur l’emplacement des anciens Etablissements Baurès) Propriété de Musso et Martino, administrées par Hille
    22. Arènes de la commune libre des Abattoirs – 1959 – Arènes portatives installées sur la place, devant les abattoirs et en 1960 installées place Emile Combes
    23. Arènes provisoires du Pont Juvénal, terrain Richter – 1960 – arènes démontables sous la direction de Gidde
    24. Quartier des Arceaux – 1965 – Arènes portatives sur l’emplacement du parking
    25. Parc du Polygone – 1968 – (avant la construction du centre commercial et du quartier Antigone)
    26. Château d’Ô depuis 1988 – Arènes démontables installées pour un weekend-end, dans les anciens bassins du château d’Ô – propriété du Conseil Général de l’Hérault
    Celles de la rue Méditerranée
    Celles de la rue Méditerranée
    Celles du boulevard de Strasbourg
    Celles du boulevard de Strasbourg
    A l’époque, nous dit Marie-José GUIGOU, foulait le sable des arènes la célèbre :
    GIF – 127.8 ko
    JPEG – 39.4 ko
    GIF – 53.1 ko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *