Cour d'appel de Montpellier.

JUSTICE. Une ex-avocate qui exerçait à Sète jusqu’à sa radiation du barreau de Montpellier l’année dernière a été mise en examen vendredi soir par un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Montpellier pour les délits présumés d’ “escroquerie et abus de confiance”, laissée libre sous contrôle judiciaire, comme l’avait requis le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret.

Maria Joséfa Criado Laguna âgée de 61 ans est soupçonnée d’avoir encaissé les provisions versées par une cinquantaine de clients venus à ses deux cabinets installés à Sète depuis 2013, sans jamais avoir géré et plaidé les dossiers au pénal. “C’était une catastrophe ambulante, elle ne connaissait rien du droit pénal français, elle était d’une incompétence rare” résumait hier un confrère montpelliérain.

Radiée

- Annonce -

L’avocate avait été radiée du barreau de Montpellier le 29 février dernier. Elle avait interdiction d’exercer en France, selon un arrêt de la cour d’appel de Montpellier. Toutefois, après ces décisions judiciaires définitives, l’avocate avait continué à exercer dans ses deux cabinets de Sète et en mai dernier, le bâtonnier en exercice à l’époque, André Brunel avait effectué une “descente” avec les policiers de la Sécurité publique du commissariat de Sète, un huissier de justice et un serrurier. Il était reparti avec tous les dossiers de la clientèle, jamais défendue. Ce n’était pas la première fois qu’un bâtonnier en exercice intervenait ainsi dans un cabinet d’avocat, ce genre de “descente” ayant déjà eu lieu dans le passé, mais c’est rarissime.

Des signalements récurrents adressés au conseil de l’ordre des avocats de Montpellier avaient incité le bâtonnier à traduire l’avocate pour des “atteintes multiples à la déontologie” devant la commission de discipline, qui l’avait radiée avec interdiction d’exercer en France, ce qu’a confirmé par la suite la cour d’appel.

Elle exerce en Espagne

Sur la foi de la procédure du conseil de l’ordre, le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret avait saisi les policiers de la division économique et financière du SRPJ de Montpellier pour diligenter une enquête. Depuis ces derniers mois, les policiers ont entendu toutes les victimes qui ont versé des fonds élevés, sans que leurs dossiers n’aient été traités par Me Criado Laguna. En revanche, elle avait encaissé l’argent. Le montant total des fonds présumés détournés serait de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Lors de leurs investigations, les policiers ont déterminé la destination et l’utilisation de ces fonds. L’étau s’est resserré sur l’avocate qui a été placée en garde à vue à l’hôtel de police de Montpellier et présentée hier soir devant un juge d’instruction pour être mise en examen, puis libérée sous contrôle judiciaire.

Le juge, le procureur et les policiers de la PJ ont découvert que l’avocate continuait d’exercer au barreau de Sabadell, en Espagne, où elle est inscrite. Une activité légale, puisque les poursuites qui la visent ne concernent que le territoire français.

Pour l’anecdote, cette Espagnole a exercé les professions d’agent immobilier et de sage-femme, avant de porter la robe noire comme avocate pénaliste en France.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

5 Commentaires

  1. Une femme completement desesperee qui croit qu etre avocate ca la protegerait de ses magouilles et ses tricheries tot ou tard la justice ouvre les yeux a bon entendeur !!!

  2. Bonsoir Monptel,
    J’en reviens pas celle là, elle aura fait un bon pti moment sur Sète à escroquer de nombreuses personnes et employés qui leurs faisaient confiance à elle et son mari.
    J’espère justice soit faite et quelle paye dans tous les sens du terme et qu’on la radie d’Espagne car là-bas aussi ça doit y aller.
    Je comprends même pas que la justice ne puisse rien sur ce sujet-ci.

    En tout cas moi ça m’éclate 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here