Braquage de Kim Kardashian : deux interpellations dans le Gard

KIM KARDASHIAN. D’après nos confrères de LCI, 16 personnes issues du grand banditisme ont été interpellées ce lundi, en région Parisienne et dans le Gard, dans l’enquête sur le récent braquage de la star américaine Kim Kardashian à Paris. Selon une information de Midi Libre, deux des personnes ont été interpellées dans le Gard.

Les interpellations, menées par la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne, se sont déroulées tôt ce lundi matin en région parisienne et dans le Gard, à Alès. Selon LCI, les braqueurs présumés, mais aussi des complices et des proches, figurent parmi les cibles arrêtées. Des receleurs font partie des suspects. Certains d’entre-eux sont des repris de justice fichés pour des faits liés au grand banditisme.

ADN sur un foulard

C’est une trace ADN appartenant à un des agresseurs déjà fiché isolée sur le foulard ayant servi à bâillonner la star et abandonné sur les lieux qui a mis les policiers sur la piste du commando.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, la starlette américaine de 35 ans, de passage dans la capitale française, s’était fait dérober un énorme butin de 9 millions d’euros de bijoux dans l’hôtel particulier où elle séjournait. Cinq hommes armés déguisés en policiers étaient entrés en pleine nuit et l’avait menacée et ligotée, l’enfermant dans la salle de bain avant de prendre la fuite avec les bijoux, parmi lesquels se trouvait sa bague de fiançailles.

L’un des suspects âgé de 72 ans

Toujours selon des informations de LCI, la garde-à-vue des braqueurs présumés dans les locaux de la BRB peut durer 96 heures au total. Un « tapissage » – une présentation des suspects derrière une vitre sans tain – devrait être proposé à Kim Kardashian dans les prochaines heures à New-York via une visioconférence avec des agents du FBI, la police fédérale américaine. Plusieurs d’entre eux ont une cinquantaine d’années. L’un des suspects est même âgé de 72 ans.

Des perquisitions étaient en cours ce matin aux domiciles des suspects pour tenter de retrouver ces bijoux dérobés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *