Pyrénées-Orientales : un syndicat de pompiers volontaires

Le syndicat CGT SPV 66 vient d’être créé. Premier syndicat national de cette orientation dans les Pyrénées-Orientales, il regroupe des femmes et des hommes, du sapeur à l’officier.

« Nous sommes fiers d’être sapeurs-pompiers volontaires, de respecter les règles, d’effectuer avec dévouement nos missions et de travailler avec nos amis sapeurs-pompiers professionnels », selon l’adjudant Frédéric Nussbaum, secrétaire général du syndicat. Les adhérents revendiquent notamment, « que certains de nos collègues ont des centres d’intervention et de secours à rénover ou à construire rapidement et cela doit être une priorité pour nos élus du département, afin que tous les collègues aient tous les mêmes  moyens pour travailler en toute sécurité dans un environnement à viable et où il fait bon vivre ».

Les responsables du syndicat CGT SPV 66 préviennent : « Nous ne souhaitons plus et ne pouvons tolérer la fragilité de notre statut qui conduit certains d’entre nous à être rabaissés, « placardisés’ ou faire dormir nos collègues pompiers volontaires dans des casernes insalubres, comme celles de Côte Vermeille, Mont-Louis ou du Barcarès ».

Ils dénoncent que, « une grande partie de nos collègues ont des problèmes d’habillement. Que les élus prennent leurs responsabilités. Nous demandons que la formation violences urbaines soit aussi proposer aux sapeurs-pompiers volontaires, car actuellement ce n’est pas le cas ». Les pompiers volontaires se retrouvent souvent en première ligne, notamment dans des cités sensibles de Perpignan, où ils sont la cible de caillassages, d’insultes, de menaces, voire d’agressions physiques.

78% des pompiers sont volontaires

Le préfet des Pyrénées-Orientales, le colonel Jean-Pierre Salles-Mazou et son adjoint, le lieutenant-colonel Thierry Grisot ont été officiellement informés de la naissance de ce syndicat CGT SPV 66. Dans un courrier qui leur a été adressé le 14 décembre dernier, les syndicalistes souligne que le Service départemental d’incendie et de secours des Pyrénées-Orientales, le Sdis 66, compte 1895 pompiers volontaires, contre 272 casqués professionnels, « c’est dire si les volontaires sont des acteurs à part entière, au même titre que les professionnels, les agents administratifs et techniques, PATS », est-il rappelé, histoire d’annoncer la couleur : ces pompiers, dont l’activité repose sur le bénévolat pourraient bien « mettre le feu », désormais, s’ils se sentent abandonnés par la direction.

 

4 Comments

  1. 270 Pros dont 80 cadres qui se gavent sur le dos de volontaires non plus exploités puisqu’ils encaissent aujourd’hui, 70 euros par garde plus les vacations (le volontaire) et non imposable parceque volontaire…Celui qui a le concours attend a la porte faute de budget……..

  2. Un syndicat CGT pour faire plaisir aux politiques de la region ou les dirigeants comme leurs collegues Pros qui sont tous cadres aujourd’hui , eux, attendront l integration……

    1. Même question que supra… @permoltsanys : si vous preniez la peine de vous exprimer clairement, peut être serait-il possible de comprendre vos messages…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *