Commerces : la prévention, arme des gendarmes

Les zones commerciales et résidentielles sont placées sous haute surveillance depuis le début du mois, à l’approche des fêtes de Noël et de fin d’année, synonymes d’augmentation de la délinquance d’appropriation. Voleurs et cambrioleurs ciblent des magasins, notamment dans les galeries marchandes et des pavillons dans des lotissements et en campagne.

Le groupement de gendarmerie de l’Hérault renforce les effectifs pour prévenir ces faits de délinquance qui empoisonnent le quotidien des citoyens, en multipliant les surveillances. Ainsi, jeudi soir, les gendarmes de la brigade de Saint-Jean-de-Védas, à l’ouest de Montpellier ont effectué des patrouilles pédestres dans la galerie marchande de l’hypermarché Carrefour, dans la zone commerciale de la Condamine, route de Sète, tandis qu’un équipage du peloton de surveillance et d’intervention (Psig) de la compagnie de Castelnau-le-Lez tournait sur les parkings.

« L’objectif est de quadriller le terrain, de se montrer et de rassurer en ces périodes d’affluence commerciale » explique le chef d’escadron Thierry Duffau du groupement de l’Hérault. « Nous bénéficions du renfort de réservistes pour réaliser ces opérations destinées à dissuader les délinquants à passer à l’action » complète le chef d’escadron Sébastien Salvador, commandant de la compagnie de Castelnau-le-Lez, présent jeudi soir sur le dispositif préventif à la Condamine.

 

Bonne perception

Cette présence des hommes en bleu, notamment aux heures de fermeture est bien perçue par les commerçants. Dans cette galerie marchande de l’hypermarché Carrefour de Saint-Jean-de-Védas, presque tous les commerçants ont subi un méfait depuis qu’ils sont installés, principalement les vols à l’étalage, véritable plaie en matière de délinquance.

Aurélie de l’enseigne de vêtements Jules révèle un nouveau mode opératoire : « les voleurs sont de plus en plus organisés et opèrent à des moments bien précis, quand, par exemple, il y a du monde dans le magasin et que les vendeurs sont tous occupés, en emportant désormais une pile entière d’habits. Ils ne se contentent plus que d’un ou deux articles dissimulés à la caisse, non, maintenant, ils sortent de la boutique avec une pile entière ». Aurélie déplore l’intervention tardive, récemment, des agents de sécurité, prévenus de la fuite d’un voleur avec des vêtements, « mais, qui sont arrivés cinq minutes après, d’un pas nonchalent. Le voleur a pu quitter l’hypermarché tranquillement ».

« Ils font semblant de voler »

Trois commerces plus loin, Laetitia de la chaîne de produits de beauté Yves Rocher se désole de constater un phénomène nouveau : « certes, nous déplorons toujours des vols à l’étalage, mais, nous sommes confrontés à de la provocation venant d’hommes, mais, je l’avoue, de la part de plus en plus de femmes qui font semblant de voler. Ils le font volontairement pour attirer notre attention et pour nous faire déplacer, pour nous insulter, c’est une nouvelle technique qui n’est guère rassurante, car ça risque de dégénérer. Ces faux vols destinés à provoquer les commerçants sont monnaie courante depuis ces dernières semaines ».

Anthony Montardy / Métropolitain

Aurélie et Laetitia apprécient cette présence des « bleus », qui, en plus de se montrer, vont à leur rencontre pour des échanges constructifs : « les gendarmes tiennent un discours positif, c’est important », se félicite la responsable du magasin Yves Rocher. Jusqu’à la fin du mois, les gendarmes vont occuper le terrain, à la grande satisfaction des commerçants et des clients des grandes surfaces. Les malfrats ne seront pas à la fête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *