Les aides maternelles réclament une revalorisation de leur statut

Plusieurs écoles de Montpellier, comme dans d’autres villes de France, n’ont pas assuré l’accueil des enfants ce matin en raison de la grève des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles. Ils répondent à un appel national lancé par la CGT, FO et la Fédération autonome de la fonction publique territoriale ; relayé dans l’Hérault par l’UNSA.

Tandis que le Conseil supérieur de la fonction publique examine aujourd’hui le statut des aides maternelles, aussi appelées Atsem (agents territoriaux spécialisé des écoles maternelles), ces dernières demandent une revalorisation de celui-ci avec un passage en catégorie B, une redéfinition précise de leurs missions et une reconnaissance de la pénibilité de leur travail. Parmi les revendications, les agents réclament à ce que soit assigné au moins un ATSEM à temps complet par classe. Avec le changement de catégorie, c’est la reconnaissance de leur rôle au sein de l’équipe éducative des écoles qui est réclamée.

Cécile Jourdan, secrétaire générale FO Ville, explique notamment la problématique de la pénibilité : « Nous sommes au contact des enfants donc des maladies infantiles. Nous travaillons penchés en raison du mobilier adapté aux enfants. Tout cela doit être pris en compte« .

Les ATSEM de Montpellier (et des environs) ont manifesté ce matin devant la préfecture. Plusieurs rassemblements sont prévus aujourd’hui notamment à Béziers et Nîmes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *