Lattes : une collégienne invente un attentat

Branle-bas de combat ce mardi en fin d’après-midi au commissariat central de la Sécurité publique de Montpellier et au bureau de police de Lattes, quand une collégienne a appelé le 17, le numéro d’urgence de police-secours en signalant des individus armés de kalachnikovs qui avaient fait irruption dans la cour du collège Georges-Brassens, à Lattes pour y commettre sans doute un attentat.

En ces temps d’état d’urgence et de plan Vigipirate élevé au maximum, l’appel a été pris au sérieux et des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) de Montpellier ont été dépêchés sur les lieux pour se positionner discrètement, afin de vérifier l’information.

Canular

Très vite, les policiers ont découvert qu’il s’agissait d’un canular de bien mauvais goût, à l’heure où les risques réels de menace terroriste sont avérés sur le territoire. Il y avait bien de très nombreux collégiens rassemblés dans la cour de l’établissement, mais tout se déroulait visiblement normalement et pour cause : la direction du collège Georges-Brassens organisait un exercice grandeur nature sur les consignes et les réflexes à adopter en cas d’intrusion terroriste. Aucune arme, même factice et surtout pas une seule kalachnikov n’étaient utilisées pour cet exercice préventif.

Le fait d’avoir fait déplacer les forces de l’ordre sur un appel malveillant est passible de poursuites pénales. Une enquête va être ouverte au commissariat central pour identifier la collégienne inconsciente, auteure de cette mauvaise blague.

2 Comments

  1. Sauf que ce n’est pas une élève qui a appelé a priori.
    Et on peut se poser la question : pourquoi la police n’est pas au courant quand la direction du collège décide de faire ce type d’exercice ?

  2. même si la police était au courant, le dispositif et les conséquences auraient été les mêmes à partir du moment où l on signal de tel faits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *