Sète : plainte pour fonds détournés à l’école des pompiers

Une plainte a été envoyée au procureur de la République de Montpellier et une main courante déposée au commissariat de police (Sécurité publique) de Sète pour des soupçons de détournement de fonds publics au préjudice de l’École des jeunes sapeurs-pompiers (JSP) de l’Hérault, gérée par une association de la loi 1901.

Selon nos informations, l’arrivée en septembre dernier d’un nouveau bureau, avec le départ de l’ancien président en poste depuis 12 ans aurait mis au jour d’importantes et récurrentes anomalies financières dans la comptabilité de l’association. L’ancienne équipe aux commandes donc depuis la création de cette école des jeunes sapeurs-pompiers, notamment l’ex-président et l’ancien trésorier auraient remis un bilan financier et l’intégralité d’un compte bancaire au nouveau président et au nouveau trésorier, avec un solde de 2000 euros.

Erreur de boîte à lettres

La gestion paraissait donc saine, jusqu’à la découverte inattendue et imprévue d’un relevé d’un compte bancaire dans la boîte à lettres du nouveau président de l’association : à son grand étonnement, il s’agissait d’un compte inconnu de la nouvelle équipe concernant des mouvements de fonds importants de l’École des jeunes sapeurs-pompiers. L’existence de ce second compte bancaire avait donc été dissimulée par l’ancien président.

La personne qui a placé ces relevés du compte s’est trompée de boîte à lettres dans la caserne des pompiers de Sète : les documents étaient destinés à l’ancien président. Ils ont été remis par erreur dans la boîte du nouveau président, qui, avec le trésorier est tombé des nues.

Subventions de la Ville

Avec cette belle découverte : l’ancienne équipe avait maintenu au nouveau président que l’association n’avait jamais perçu de subvention de la Ville de Sète. Or, ce compte « fantôme » attesterait que la Ville de Sète a versé 500 euros de subvention chaque année depuis 12 ans. Soit 6000 euros qui sont entrés dans la comptabilité. Quelle destination et quelle utilisation ont t-elles été faites ? La nouvelle équipe l’ignore, pour l’heure.

Autres anomalies : des transactions suspectes ont été réalisées en numéraires et des achats effectués avec une carte bancaire porteraient sur des vêtements et des parfums, notamment. Bref, rien à voir avec l’activité de l’École des jeunes sapeurs-pompiers de Sète. Avant de saisir le procureur de la République de Montpellier et de déposer une main courante au commissariat de police de Sète, le président a requis un expert-comptable pour passer au crible les mouvements des deux comptes bancaires.

Préjudice présumé : 50’000 euros

Selon nos informations, après son étonnement de constater l’absence de livres de comptes, il aurait confirmé les soupçons de détournement de fonds. Le montant provisoire est estimé à 50’000 euros, sur la période des douze années.

L’École des jeunes sapeurs-pompiers de Sète accueille chaque année une vingtaine d’adolescents en moyenne, qui veulent épouser la profession de « soldat du feu » et de secouriste. Pour l’actuelle session, l’école compte 14 jeunes héraultais. Une école très abordable : la cotisation annuelle est fixée à 250 euros.

L’association des jeunes sapeurs-pompiers de l’Hérault est liée via une convention avec le Sdis de l’Hérault et le centre de secours principal de Sète, étrangers bien sûr à ce présumé détournement de fonds.

 

3 Comments

  1. Honteux après CE QUE donne les parents POUR QUE leurs enfants rentrent dans l’école des jeunes pompiers et surtout ne seront jamais pris COMME volontaire brefffffff pourrie lol lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *