Grêle : calamités agricoles pour 23 communes

Le comité national de gestion du risque en agriculture, réuni le 19 octobre dernier a donné un avis favorable à la reconnaissance des calamités agricoles suivants :

– à la reconnaissance de calamité agricole au titre de la grêle du 17 août dernier sur 23 communes

 à l’extension1 aux communes de Ceyras, Clermont l’Hérault et Lunel de la reconnaissance en calamité agricole faisant suite à l’orage du 23 août 2015.

 à l’extension1 à la commune de Dio et Valquières de la reconnaissance en calamité agricole faisant suite aux pluies et inondations du 12 septembre 2015

Pour la reconnaissance en calamité agricole faisant suite à la grêle du 17 août dernier (23 communes):

les communes de Baillargues, Castelnau-le-Lez, Castries, Claret, Fontanès, Guzargues, Jacou, Lattes, Lauret, Le Crès, Mauguio, Montaud, Sauteyrargues, Saint-Aunès, Saint Bauzille de Montmel, Saint-Drézéry, Saint Mathieu de Tréviers, Sainte Croix de Quintillargues, Sussargues, Teyran, Vacquières, Valflaunès, Vendargues.

 les pertes de fond de jeunes plants de vigne de un à deux ans (à arracher)

Pour l’extension de la reconnaissance en calamité agricole faisant suite à l’orage du 23 août 2015 (extension à 3 communes)

UNIQUEMENT pour les communes de Ceyras, Clermont l’Hérault, et Lunel.

 les pertes de récoltes de maraîchage (asperge, betterave potagère, chou-fleur, melon, poireau, aubergine, carotte, céleri rave, concombre, courgette, haricot vert, poivron, potiron/courge/citrouille, salade, tomate) / fruits (nectarine, prune) / pépinières ornementales.

 les pertes de fond de sols, fossés et ouvrages privés (béalières, murs, murets, pontils, carrières équestres), palissages, stocks à l’extérieur des bâtiments (engrais, foin, paille, aliments pour les animaux), cultures pérennes emportées à remplacer (vigne), clôtures, cheptel vif à l’extérieur des bâtiments (volaille)

Pour la reconnaissance en calamité agricole faisant suite aux pluies et inondations du 12 septembre 20151 (extension à 1 commune)

UNIQUEMENT pour la commune de Dio et Valquières

– les pertes de récoltes de maraîchage (aubergine, courge, mâche, poivron, melon, salade, tomate), culture fruitière (olive), pépinières ornementales.

  • les pertes de fond de sols, fossés et ouvrages privés (béalières, murs, murets, pontils, carrières équestres), palissages, stocks à l’extérieur des bâtiments (engrais, foin, paille, aliments pour les animaux), cultures pérennes emportées à remplacer (vigne, abricotier, cerisier, olivier, amandier, citronnier, framboisier, poirier), clôtures, ruches, cheptel vif à l’extérieur des bâtiments (volaille).

Pratique : dans tous les cas, afin de bénéficier d’une indemnisation, les exploitants agricoles concernés peuvent déposer, avant le 4 janvier 2017, une demande par formulaire papier auprès de la direction départementale des territoires et de la mer de l’Hérault.

Le formulaire est disponible sur le site internet des services de l’État : www.herault.gouv.fr/Politiques-publiques/Agriculture-foret-et-developpement-durable/Agriculture/Calamites-Agricoles

1/ Ce sinistre de 2015 a déjà fait l’objet d’une reconnaissance de calamité agricole. Cette nouvelle décision intervient pour l’étendre à de nouvelles communes qui avaient déjà été sinistrées. Les exploitants agricoles qui ont déjà déposé un dossier ne sont pas concernés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *