Vigipirate : un nouveau plan adopté face au terrorisme

D’après une information de nos confrères du Figaro, l’Élysée a validé ce mercredi, un nouveau plan vigipirate comprenant un troisième niveau d’alerte inédit : «urgence attentat».

Un Conseil de Défense, réuni mercredi à l’Élysée a validé un plan renforcé, qualifié de «Vigipirate plus», que nos confrères du Figaro ont pu consulter. Cette même réunion, autour du Président français, François Hollande, a décidé la mise en place de mesures spécifiquement adaptées aux fêtes de Noël – vingt-septième «posture» de sécurité pour l’année 2016, là où, Vigipirate n’était adapté que trois ou quatre fois par an.

En effet, le nouveau plan Vigipirate prévoit la création d’un système à trois niveaux de menace: «vigilance», «sécurité renforcée/risque d’attentat» et «urgence attentat», le plus élevé. Le premier niveau correspond à une posture permanente de sécurité impliquant la mise en place d’un socle de cent mesures (sur les plus de 300 que compte le «catalogue» de Vigipirate).

216 mesures

Le deuxième niveau correspond à une menace terroriste élevée, voire très élevée, comme c’est le cas actuellement. Des mesures additionnelles (216 au total, certaines confidentielles) peuvent être activées. Concrètement, il ne s’agira plus, à ce deuxième stade, de se contenter de mesures de prévention, comme le port de badges ou la vérification des pièces d’identité, mais aussi d’organiser des patrouilles, des filtrages et des fouilles.

Le troisième niveau, inédit, «urgence attentat», est adopté, de façon ponctuelle – limitée à l’activation d’une cellule de crise -, immédiatement après un attentat ou face à l’imminence d’une action terroriste. Il peut être comparé au dispositif «alerte enlèvement» et comporte des mesures exceptionnelles, par exemple la fermeture des routes, du métro, l’arrêt des déplacements scolaires…

Lutte contre des drones ou des cyberattaques

De même source, jusqu’à présent, le système ne comprenait que deux niveaux («vigilance», éventuellement renforcée, et «alerte attentat»). Maintenu au deuxième niveau, maximal, le système manquait de capacité d’adaptation. En permanence «au taquet», la posture «alerte attentat» ne pouvait jouer en cas d’ultime recours, si un attentat majeur devait survenir, ou si, au contraire, une situation plus stable aurait permis un allégement des mesures de sécurité.

Une flexibilité nécessaire, par exemple, pour faire évoluer les effectifs de l’opération «Sentinelle» (une des déclinaisons de Vigipirate, mais pas la seule), le maintien sur la longue durée de 10.000 militaires sur le territoire national apparaissant impossible. Autre inconvénient, seules deux régions étaient concernées par cette posture (Paris et les Alpes-Maritimes). Il fallait retrouver de la cohérence, des attentats pouvant survenir ailleurs sur le territoire et l’opération «Sentinelle», prévoyant désormais une répartition à 50/50 des militaires entre Paris et la province.

Avec l’ensemble de ses mesures, détaillées dans un épais dossier confidentiel (une version publique est disponible en ligne), le nouveau plan sert de véritable tutoriel pour les acteurs publics de la sécurité ainsi qu’aux grands opérateurs (dits d’«importance vitale», par exemple dans les domaines de la santé, des transports, de l’énergie…).

Toutes les hypothèses sont prises en compte: piraterie maritime, attaque d’un grand aéroport, pollution chimique… Le plan intègre aussi les nouvelles lois votées depuis.

«Vigipirate plus» vise également à renforcer la lutte contre de nouvelles menaces, drones ou cyberattaques. Des dispositifs spécifiques sont prévus dorénavant pour faire face aux différents modes opératoires terroristes (fusillade, explosifs, véhicule bélier comme à Nice, attaque chimique, biologique…).

«Le risque zéro n’existe pas», souligne Louis Gautier, cité par Le Figaro. Selon lui, toutefois, le retour d’expérience des attaques de 2015 a porté ses fruits. «Avant, on ne s’interrogeait guère sur la vulnérabilité d’un théâtre ou d’un cinéma», relève le SGDSN. Surtout, Vigipirate est maintenant sous-tendu par une nouvelle priorité, le développement d’une «culture de la vigilance», censé faire de chaque citoyen un acteur de la sécurité. Cela s’appelle le civisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *