Saurel met un zéro pointé au ministère de l’Éducation nationale

Lors du conseil municipal de lundi soir était présenté le budget concernant la sécurisation des écoles. Le dossier avait fait grand bruit à quelques jours de la rentrée. Le ministère de l’Éducation nationale ayant prévenu les municipalités de travaux importants à effectuer. L’occasion pour Philippe Saurel de dresser un bilan des actions du Ministère durant la présidence de François Hollande.

À Montpellier ce ne sont pas moins de 123 écoles et donc 1355 locaux à sécuriser pour un montant de 5 M € en très peu de temps. Isabelle Marsala précisant que cela explique « le montant de la somme et notre colère profonde d’avoir eu 5 jours pour mettre en place ces budgets« . La déléguée à la réussite éducative poursuit : « De la même façon nous avons appris le 29 septembre qu’il fallait rendre un dossier le 5 octobre, dossier très complet, très compliqué à monter avec des partenariats de la Préfecture et du Rectorat afin de pouvoir bénéficier d’aides de l’État sur ce budget« .

« Sur l’Éducation c’est un fiasco« 

Lancé dans la discussion par Jacques Domergue (Les Républicains) au sujet de la réaction à avoir vis à vis du Ministère de l’Éducation Nationale, Philippe Saurel n’a pas mâché ses mots :  « Si je devais faire le bilan de ce gouvernement en terme d’éducation franchement c’est une catastrophe (…) Sur l’éducation, c’est un fiasco total« . Et de se lancer dans une énumération : « Les TAP où l’on nous a imposé les jours, les heures, etc. La mise en sécurité à laquelle on vient de faire allusion. Et je ne parlerai pas de tout ce qui a animé les quartiers populaires durant l’épisode de la théorie des genres« .

« Pour moi, l’éducation est l’un des piliers de la République avec la sécurité et l’aménagement du territoire. Seulement qu’est ce que vous voulez, quand on a un Ministre de l’Éducation (ndlr : Benoît Hamon) qui démissionne une semaine avant la rentrée… Mon père qui est instituteur cela l’a rendu fou. C’est incompréhensible pour le corps enseignant de ne pas porter les réformes » a poursuivi Philippe Saurel.

Lire, écrire, compter

S’en est suivi une discussion sur les TAP et leur gratuité. Les Républicains du conseil municipal évoquant que cela pourrait être la dernière année d’existence de ces activités. Philippe Saurel estimant que « le fait d’apporter à l’enfant une diversité dans l’éducation et en apprentissage ce n’est pas faux comme raisonnement mais je considère aujourd’hui que dans le pays je suis sur la ligne Claude Allègre : Lire, écrire, compter. Quand je vois en sixième, les gamins qui ne savent pas lire, il y a un problème. Je ne parlerai pas des enseignants qui font une faute à chaque mot. Ce que je veux vous dire c’est qu’il y a des impératifs en terme d’éducation sur lesquels il ne faut pas déroger. Et aujourd’hui le Ministère de l’Éducation nationale part à vau-l’eau. Et ce n’est pas les enfants des familles aisées qui trinquent à la sortie. C’est toujours les familles modestes. Et quand j’entends certains qui disent que l’école de la république doit proposer à chacun un avenir et l’ascenseur social. Aujourd’hui je suis désolé ce n’est pas le cas« .

« Ce sont des réformes qui sont là pour valider l’éclosion d’un nouveau gouvernement mais qui ne vont pas dans l’intérêt de l’enfant » a conclu le premier édile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *