Les policiers municipaux dotés de pistolets 9 mm

Ils voulaient des armes efficaces pour leur sécurité, ils ont été entendus : les syndicats de police municipale en avaient fait la demande au lendemain de l’attentat de  Nice, le 14 juillet dernier, c’est désormais officiel. Ce mardi est paru au Journal officiel le décret les autorisant à porter des pistolets semi-automatiques 9 mm.

Les agents de police municipale ainsi que les agents des services internes de sécurité de la SNCF -la SUGE- et de la Régie autonome des transports publics (RATP) « pourront désormais être équipés d’armes à feu de poing de calibre 9 mm, avec des munitions de service à projectile expansif »selon le décret.

Les agents municipaux devront suivre une formation obligatoire préalable et d’entraînement à l’armement pour certaines « armes de catégorie D », telles que les matraques et tonfas (une matraque à laquelle une poignée latérale a été ajoutée).

2700 révolvers distribués

Depuis 2015, l’Etat a « contribué à l’achat de 12’108 gilets pare-balles, et 2700 revolvers Manurhin ont déjà été distribués au profit de 270 communes », selon Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur, qui présidait mardi la commission consultative des policiers municipaux à Paris, promettant que « cet effort sera poursuivi et amplifié ». Il a toutefois rappelé « qu’en vertu du principe de libre administration des collectivités locales, c’est aux maires et à lui seul qu’il revient d’apprécier la nécessité d’armer les agents de leur service de police municipale, et qu’il ne pouvait être envisagé de transposer aux policiers municipaux le régime applicable aux policiers nationaux en matière de port d’arme hors service ».

Manifestation

Des policiers municipaux du syndicat Force Ouvrière d’Occitanie avaient manifesté à la mi-novembre devant la préfecture de l’Hérault, à Montpellier, avec des agents de surveillance de la voie publique (ASVP) et des gardes champêtres de l’Hérault, en ces temps de menace d’attentats terroristes et d’état d’urgence en réclamant un armement efficace.

La Fédération autonome départementale de la police municipale de l’Hérault et du Gard (FADPM 34-30) n’avait pas participé à ce mouvement de protestation. Son secrétaire général, Jean-Michel Weiss, par ailleurs secrétaire national de la FA-FPT police municipal s’en était expliqué à Métropolitain : « Nous attendons l’intervention du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, mardi 29 novembre à l’occasion de la tenue d’une commission consultative des polices municipales. Nous attendons de voir la position de Bernard Cazeneuve, avant d’envisager une éventuelle action sur la voie publique ».

Jean-Michel Weiss se dit satisfait de cette officialisation du port d’arme pour les policiers municipaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *