Violences à Montpellier : les deux élus confrontés

Nouvelle étape dans l’enquête policière supervisée par le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret, après les violences volontaires présumées sur Samira Salomon, la conseillère municipale de la majorité de la Ville de Montpellier : les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault vont organiser ce lundi au commissariat central une confrontation avec Christophe Cour, l’adjoint au maire, accusé d’être l’auteur présumé des violences volontaires.

Dans sa plainte du 10 novembre dernier, Samira Salomon a désigné Christophe Cour comme étant celui qui l’a violemment frappé à l’épaule droite, mercredi 9 novembre après-midi, en lui assénant un coup de poing qui l’avait fait heurter l’encadrement de la porte de la salle de réunion, au complexe municipal de Grammont. Il n’y a eu aucun témoin, le directeur adjoint du service des Espaces verts ayant quitté les lieux.

Deux autres élus entendus

Samira Salomon s’était immédiatement rendue à l’hôtel de ville pour signaler l’agression présumée, avant de déposer plainte le lendemain. Depuis, Christophe Cour nie les faits et évoque un complot. Depuis la plainte, les deux élus -suspendus de leur délégation jusqu’à nouvel ordre par le maire, Philippe Saurel- ont été entendus au commissariat central, séparément. Avant cette confrontation, au cours de laquelle les deux élus devraient confirmer leur position, à moins d’un coup de théâtre.

Deux autres élus de la Ville de Montpellier vont être entendus comme témoin, ce lundi : Brigitte Roussel-Galiana, qui est en charge du commerce et de l’artisanat et Jean-Marc Di Ruggiero du groupe politique Montpellier Citoyens. Tous deux ont été témoins de l’état des blessures à l’épaule droite de Samira Salomon, notamment lors de son passage aux urgences d’une clinique de la banlieue montpelliéraine. L’élue a quitté les urgences avec une attelle au bras droit et une minerve autour du cou.

La procédure sera ensuite rapidement transmise au procureur de la République qui décidera de la suite à donner : classement ou renvoi devant le tribunal correctionnel.

2 Comments

  1. Brigitte Roussel Galiana, la  » girouette de la Mairie »…, une fois soutenant la CCI lors des élections puis le candidat B.M à la candidature de la Chambre des Métiers…, enfin en un mot une Élue qui veut se faire  » sa petite place au soleil » et qui a déjà eu de nombreuses discordances de positions avec l’édile de Montpellier!!!.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *