Qualité de vie au Sdis 34 : une consultation anonyme

C’est une première au sein d’un Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) : une consultation anonyme sur la qualité de vie sera lancée ce lundi par la direction du Sdis de l’Hérault auprès de tous les sapeurs-pompiers : professionnels, volontaires, agents administratifs, techniques et spécialisés. Du sapeur à l’officier, tous les casqués du Sdis 34 ont été destinataires ces derniers jours d’un document de 4 pages. Une consultation interne à grande échelle sur fond de crise entre la base et la direction qui couve encore et toujours.

« Pour tout dire, je ne m’y attendais pas et j’ai été étonné de recevoir ce document. J’y ai déjà répondu, mais, je me demande si cette consultation aura du succès, même si c’est anonyme. Je n’en vois pas l’intérêt » avoue un « soldat du feu » d’une caserne du département, qui refuse de s’exprimer sur la gestion du directeur départemental. Les pompiers doivent faire vite, car ils doivent avoir retourné le questionnaire le 10 décembre au plus tard à Neeris, un cabinet d’expert métier. Les résultats seront communiqués à la fin du mois de janvier prochain.

« Il n’y a ni bonne, ni mauvaise réponse, ce que nous souhaitons, c’est que vous répondez sincèrement, les résultats ne seront exploitables et ne pourront déboucher sur des actions d’amélioration que s’ils reflètent vos opinions personnelles » est-il mentionné en préambule dans le document, dont Métropolitain a eu connaissance.

L’ensemble des questionnaires seront lu anonymement par une lecture optique par la société Neeris basée à Bourges, puis donnera lieu à une analyse globale. Les résultats seront ensuite affinés pour décider des mesures urgentes à prendre.

Intensité du travail

Même si cette consultation est anonyme, les pompiers sont invités à donner leur grade, leur affectation, leur ancienneté. Dès la première page, on leur demande de noter de 0 à 10 la satisfaction globale sur « votre qualité de vie au Sdis 34″. Avec une première question : « Le plus souvent, je débute ma journée en me sentant motivé(e) serein (e), démotivé (e), stressé (e), détendu (e), surchargé (e), épuisé (e) ou sans ressenti particulier ».

Le questionnaire porte ensuite sur l’intensité du travail et sur le temps du travail. 6 choix sont proposés : « Mon activité demande de travailler très vite, intensément etc. », où il faut cocher une des cases, de « pas du tout d’accord » à « tout à fait d’accord ». Puis, les salariés du Sdis 34 doivent se prononcer sur les rapports sociaux au travail, en attribuant une note de 0 à 10. Il est demandé « Je me sens reconnu par ma hiérarchie, par mes collègues, je me sens bien dans mon collectif de travail,, on me fait confiance dans mon activité quotidienne, je bénéficie de soutien dans les situations difficiles ».

Exigences émotionnelles

Dernier volet du questionnaire, les exigences émotionnelles. de plus en plus, les casqués de l’Hérault sont confrontés à des interventions périlleuses, voire agitées, notamment dans certaines cités sensibles de Montpellier, Béziers, Sète et Lunel. Les véhicules d’intervention sont caillassés. Récemment, un pompier du centre de secours principal de Béziers a été blessé par l' »explosion » du pare-brise, à la Devèze. Un protocole d’accord avalisé par la préfecture de l’Hérault oblige désormais les policiers de la Sécurité publique d’escorter les pompiers pour éteindre des feux de voiture, de scooter et de containers. Mais, les patrouilles de police sont également la cible de jets de projectiles.

Chargé de mission

« Il m’arrive d’être confronté à des pressions psychologiques, je vis des tensions avec le public, mes collègues, ma hiérarchie, il m’arrive d’avoir peur dans mes activités, les 12 derniers mois, j’ai subi des agressions verbales et/ou physiques sur des interventions » est-il mentionné en fin de questionnaire.

L’objectif pour la direction du Sdis de l’Hérault à travers cette consultation sur la qualité de vie est de prendre la température au sein d’une famille qui remet en cause le management de la direction qualifié de « brutal, d’inadapté et d’injuste », selon des syndicalistes, qui ont apprécié que le président du conseil départemental de l’Hérault, Kléber Mesquida, président du conseil d’administration du Sdis 34 nomme récemment un chargé de mission, le colonel Pierre Anselme, habilité, désormais à gérer et à faire remonter toutes les doléances des casqués.

Les réponses au questionnaire seront passées au crible par le président du Département. Pour jauger le moral des troupes, récemment endeuillées par la mort au feu du sergent Jérémy Beier. Avec une nouvelle rassurante pour le second pompier, dont l’état de santé était très préoccupant au CHRU de Montpellier : il a repris connaissance.

Questionnaire pour la température au Sdis 34.
Questionnaire pour la température au Sdis 34.

 

1 Comment

  1. Pourquoi c’est une consultation anonyme ?????
    Les soldats du feu ont peur de représailles comme sous le régime de Vichy !!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *