Montpellier : un gendarme en civil roué de coups

Un gendarme en civil qui était hors-service n’avait pas fait état de sa profession dans la soirée de 15 septembre dernier, quand deux inconnus l’ont violemment agressé, ainsi que sa compagne, sur le boulevard Louis Blanc, à Montpellier. Deux agresseurs qui ignoraient donc qu’ils avaient violemment frappé un gendarme avec des pavés et à coups de poing, avant de le menacer de mort. Le gendarme avait été hospitalisé et avait bénéficié de trois jours d’arrêt de travail.

La compagne de la victime, indemne, impuissante face à cette agression purement gratuite avait pu appeler discrètement police-secours, via le 17 et des équipages de la Sécurité publique et de la police municipale avaient sillonné le quartier des Beaux-Arts et du quai du Verdanson pour localiser les agresseurs.

Des policiers municipaux contrôlaient deux individus qui ne correspondaient pas tout à fait au signalement donné par le couple et relevaient cependant leurs identités et leurs adresses, communiquées aux policiers de la brigade de répression des actions violentes (BRAV) à la sûreté départementale de l’Hérault, chargés de l’enquête.

Recherchés

Les deux hommes devenaient rapidement des suspects, au vu de nouveaux éléments d’enquête.  Mais, ils ne se trouvaient pas chez eux. Le 4 octobre dernier, l’un d’eux, âgé de 23 ans était retrouvé à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, où il avait été placé en détention provisoire après un délit commis après l’agression sur le gendarme.

Son complice restait introuvable. Informé mardi par ses parents que des policiers de la BRAV voulaient l’entendre, ce Montpelliérain de 19 ans se présentait spontanément à l’hôtel de police, où il était placé en garde à vue. Il a nié toute implication dans les faits de la mi-septembre, mais, il a été formellement identifié par le couple. Et il a été mis en cause par son comparse, extrait de la prison pour être auditionné. Tous deux ont été déférés ce mercredi au parquet de Montpellier.

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *