Grève des pompiers : Kléber Mesquida s’explique

Le Syndicat Autonome (SA 34) des sapeurs-pompiers professionnels de l’Hérault a lancé ce mardi matin une grève illimitée en soutien aux casqués de la caserne de Lunel, qui ont voté pour le rythme des gardes de 12h. Ce soir, Kléber Mesquida, le président du département s’explique longuement.

« Cette mesure n’est pas partagée par les autres syndicats » remarque ce mardi soir Kléber Mesquida, le président du conseil département de l’Hérault qui s’explique sur ce mouvement. « Le Conseil d’administration du Sdis 34 a voté, en mars dernier le principe de mise en place du régime 12 heures pour la caserne de Lunel. Je ne disposais pas alors de toutes les incidences de cette mise en ceuvre, analysée à l’échelle du Département et donc des I centres mixtes. J’ai donc demandé au directeur départemental du Sdis 34 de différer et j’en assume la pleine responsabilité. Avant d’expliciter ma position, je voudrais tout d’abord rappeler quelques considérations : J’ai souhaité moi-même, assurer la présidence du SDIS eu égard à l’importance du service départemental et de l’action précieuse de nos sapeurs-pompiers qui interviennent chaque jour sur le territoire départemental en risquant leur vie pour sauver des vies. A ce titre, durant ces 14 mois, j’ai organisé plusieurs rencontres et déplacements de façon régulière afin d’avoir une vision globale de la situation du SDIS. Au cours de ces rencontres j’ai pu échanger de manière régulière à la fois avec toutes les instances (comités de Direction, partenaires sociaux, sapeurs-pompiers. . . ). En complément de ces différentes réunions de travail, j’ai mandaté dès le début de ma prise de fonction, le 1″‘vice-président du SDIS, Jacques Rigaud afin qu’il réalise une tournée de I’ensemble des centres de secours pour établir un plan d’équipement en matériels et de travaux de casernement afin de répondre à une forte demande du terrain. J’ai, à ce titre, moi-même effectué des visites dans des casernes et notamment celle de Montpellier-Paillade pour mieux appréhender et mesurer les conditions de travail et d’exercice de nos soldats du feu. Ce plan d’équipement est désormais lancé et les premiers crédits pour réaliser les investissements nécessaires ont été débloqués. Les procédures d’acquisitions étant en cours, une livraison des premiers matériels aura lieu dans le courant du premier trimestre 2017. Les crédits de modernisation et réalisation d’une première tranche de travaux de casernement seront inscrits sur le budget2017. De plus, suite au dramatique accident du feu de Gabian-Roquessels qui a endeuillé et profondément marqué I’ensemble de la communauté des sapeurs-pompiers, j’ai souhaité que I’ensemble des acteurs du SDIS échange pour proposer de nouvelles dispositions et équipements afin de renforcer la sécurité individuelle et collective des personnels ».

Expertise pour les 12h

Kléber Mesquida ajoute : « Par ailleurs, début octobre, le Sdis 34 a reçu durant plus d’une semaine une équipe d’inspecteurs généraux de la sécurité civile dans le cadre d’une évaluation périodique sur la gestion administrative et financière, I’organisation, le commandement et le management du Sdis, dont le rapport d’inspection avec les conclusions et axes d’améliorations me seront communiqués début 2017 et qui me permettront d’affiner ma feuille de route et le plan d’action qui s’y rattachent. L’expertise de la garde en 12 heures devrait figurer dans leur rapport, puisqu’ils m’en ont parlé. Conscient de I’attente forte de I’ensemble des personnels qui composent le Sdis et pour mieux définir les priorités d’actions de la nouvelle organisation et modernisation du Sdis que je souhaite mettre en place au 1er janvier, j’ai dernièrement nommé le colonel Pierre Anselme comme conseiller technique. À ce titre, il a été chargé de recueillir notamment auprès de tous les partenaires sociaux leurs doléances et les priorités qu’ils jugent nécessaire afin dans la mesure du possible d’évaluer et me permettent de planifier leur mise en oeuvre de manière globale sur une plan d’action pluriannuel, les finances du Sdis ne nous permettent pas de répondre immédiatement aux différentes demandes. Lors du dernier conseil d’administration du Sdis, j’ai informé I’ensemble des membres (équipe de direction, élus, représentants des personnels et partenaires sociaux) en présence de Monsieur le Préfet de l’Hérault, que je souhaitais mettre I’opérationnel au coeur de I’institution. Au regard des différentes phases nécessaires de consultation que je viens de citer, une nouvelle feuille de route avec des objectifs précis associés à un calendrier d’application sera dévoilée lors de la traditionnelle Sainte-Barbe ».

Il faudrait créer 119 postes

Le président du Département poursuit : « C’est pourquoi, j’ai fait le choix de prendre le temps de l’analyse et de la concertation pour m’inscrire dans une démarche d’action globale associée à un plan d’action pluriannuel qui doit prendre en compte toutes les composantes qu’elles soient humaines, techniques, administratives et financières. Aussi, au regard de ce préavis et comme la loi le précise, j’ai demandé qu’une délégation du syndicat des autonomes soit reçue, afin de faire le point sur leurs revendications et notamment d’apporter des précisions suite à I’ensemble des éléments qui viennent d’être communiqués sur le plan d’action de modernisation du Sdis. Au-delà de la demande pour le centre de Lunel, le Syndicat Autonome m’a saisi afin de refaire une consultation des sapeurs-pompiers de la Paillade qui s’étaient pourtant prononcés, majoritairement contre le passage en 12h, en 2015. Cette nouvelle demande laissant présager la généralisation de la demande des gardes de 12h, sur les 7 centres mixtes restant. Le passage en garde de 12h conduisant à une réduction du temps de travail de 600 heures par an et par pompier, ce qui induit un recrutement de 119 postes supplémentaires, ce qui impacterait le budget de fonctionnement de près de 6 millions d’euros par an entièrement à la charge du Département ».

La délégation du SA 34 a été longuement reçue ce mardi par Kléber Mesquida. La grève sera t-elle maintenue à Lunel ? À suivre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *