SONDAGE. Primaire à droite : pour qui allez-vous voter ?

Avec 44,2 % des bulletins, François Fillon a donc déjoué les pronostiques dans la primaire de la droite et du centre. Celui que les observateurs et les instituts de sondage voyaient comme le troisième homme a relégué Nicolas Sarkozy à cette place avec 20,6 %. Et par la même vers une retraite politique. L’ancien président de la république a en effet déclaré hier soir vouloir consacrer plus de temps à sa famille.

Face à l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé recueille 28,5 % des voix. Longtemps annoncé comme le futur gagnant du premier tour, cela s’annonce difficile pour le maire de Bordeaux. Les autres candidats (en dehors du trio de tête) ne cumulent que 6,6 % des bulletins. Or Nicolas Sarkozy, tout comme Bruno Lemaire (2,4 %), appelle à voter François Fillon. Nathalie Kosciusko-Morizet (2,5 %) a quant elle choisi Alain Juppé.

Pour l’heure, le grand gagnant de cette primaire reste le parti Les Républicains. Le scrutin s’est déroulé normalement. Avec près de 4 millions de personnes à s’être déplacées c’est un succès démocratique. Et si, en plus, vous multipliez ce chiffre par deux on peut penser qu’il s’agit également d’une excellente opération financière pour le parti.

Les deux hommes ont désormais une semaine pour convaincre. Si Alain Juppé prône l’apaisement, François Fillon souhaite un choc pour le paix. Dans les grandes lignes de leurs programmes, les deux se rejoignent sur une hausse de la TVA (+22% pour FF et +21% pour AJ), sur la suppression de postes de fonctionnaires (500 000 pour FF, 200 à 250 000 pour AJ), la fin des 35h (maximum du temps de travail à 48h pour FF et 39h pour AJ). D’un point de vue sociétal, François Fillon est plus conservateur avec par exemple des mesures comme laisser le choix aux établissements scolaires d’imposer l’uniforme aux élèves. Si Alain Juppé ne compte pas toucher à la loi Taubira, son adversaire proche de la Manif pour Tous veut retirer aux couples homosexuels le droit à l’adoption plénière. Autre point de désaccord sur une question internationale, François Fillon souhaite un rapprochement avec la Russie de Vladimir Poutine contrairement à Alain Juppé plus réticent sur le sujet.

Si mathématiquement, l’opération semble favorable à François Fillon – certains hier soir appelant même au retrait d’Alain Juppé – de nombreux éléments rendent le second tour de dimanche prochain encore indécis : la mobilisation sera t’elle aussi forte ? Le soutien de Nicolas Sarkozy jouera t’il en faveur de François Fillon ? Les programmes vont-ils faire pencher la balance en faveur de l’un des deux ? Et vous, pour qui allez-vous voter ?

[poll id= »9″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *