Pyrénées-Orientales : un toxicomane tué pour des hallucinations

Un habitant de Sournia, dans les Pyrénées-Orientales, âgé de 34 ans a été mis en examen pour homicide volontaire, jeudi après-midi par une juge d’instruction du tribunal de grande instance de Perpignan et incarcéré pour le meurtre présumé d’un copain, un habitant de 35 ans, tué de trois coups de couteau dans la gorge. Un crime sur fond de consommation de cocaïne.

Le meurtre s’est déroulé dans la nuit de mardi 8 à mercredi 9 novembre, dans l’appartement de la victime, à Prats-de-Sournia, dans le Conflent. Ce n’est que samedi 12 novembre que le cadavre du locataire, un toxicomane de 35 ans « accro » à la cocaïne a été découvert, après qu’un de ses amis se soit inquiété de ne plus avoir de ses nouvelles.

Le trentenaire a été tué de trois coups de couteau portés à la gorge. L’enquête a été confiée aux gendarmes du groupe homicide de la section de recherches de Montpellier et à ceux de la brigade de recherches de la compagnie de Prades. Alors que des investigations étaient en cours dans le huis-clos de Prats-de-Sournia, où s’activaient les spécialistes de la cellule d’identification criminelle du groupement de gendarmerie des Pyrénées-Orientales, un Catalan de 34 ans se présentait au commissariat de police d’Arras, dans le département des Hauts-de-France, à 900 km de Perpignan, pour répondre à un convocation : il était recherché pour purger 6 mois de prison pour des violences volontaires avec arme -un couteau-, après une condamnation, en son absence par un tribunal correctionnel du territoire.

Aveux spontanés

Le trentenaire se mettait alors spontanément à table, en avouant au policier surpris, qu’il avait tué un ami, quelques jours plus tôt dans la région de Perpignan, après une violente dispute. Les deux copains étaient alcoolisés et avaient sniffé de la cocaïne, qu’ils étaient allés acheter ensemble en Espagne, la veille des faits sanglants présumés.

Selon sa version livrée en garde à vue, il n’aurait pas supporté que celui qui l’avait invité à son domicile de Prats-de-Sournia soit victime d’hallucinations, probablement causées par des rails de coke. Il aurait alors saisi un couteau pour le poignarder à trois reprises à la gorge, le tuant sur le coup.

Puis, le meurtrier présumé a quitté aussitôt les lieux pour passer récupérer des affaires chez lui, à Sournia, avant de gagner Arras, sa ville natale, où réside sa famille. Et avouer son geste criminel.

Visé par un mandat d’amener, le trentenaire a été descendu dans la semaine des Hauts de France jusque dans les Pyrénées-Orientales et déféré jeudi au parquet de Perpignan, qui a requis son mandat de dépôt, après sa mise en examen. Le meurtrier présumé a été incarcéré jeudi soir au centre pénitentiaire de Perpignan.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *