Paris truqués du MHB : les seize prévenus rejugés

L’affaire des paris truqués présumés de Montpellier qui avait secoué le MHB, les milieux sportifs et surtout ceux du handball sera rejugée en appel, dans l’ancien palais de justice de la rue Foch à Montpellier. Le procès débutera lundi 21 novembre prochain et s’achèvera le 2 décembre. L’arrêt des juges de la cour d’appel sera mis en délibéré à début 2017.

Seize prévenus reconnus coupables d’escroquerie par le tribunal correctionnel seront sur les bancs des prévenus. Les frères Karabatic, Nikola et Luka ont changé d’avocats. L’affaire des paris suspects est le nom donné par les médias à l’enquête et au procès engagés à la suite de soupçons de la Française des Jeux portant sur le montant élevé des paris lors du match entre le Montpellier Agglomération Handball et le Cesson-Rennes Métropole HB, le 12 mai 2012. Au cours de ce match, comptant pour le championnat de France de handball, des proches des joueurs et de l’encadrement de Montpellier auraient parié sur le fait que le club breton mène au score à la mi-temps, ce qui fut effectivement le cas (15-12).

Reconnus coupables

En juillet 2015 le tribunal correctionnel de Montpellier reconnaissait coupable d’escroquerie plusieurs joueurs du MAHB : Nikola Karabatic a été condamné à 10’000 euros d’amende, Mladen Bojinovic 30’000 euros d’amende, Nicolas Gillet 30’000 euros d’amende, Luka Karabatic, le frère de Nikola à 15’000 euros d’amende, Géraldine Pillet 10’000 euros d’amende, Jennifer Priez 10’000 euros d’amende, Dragan Gajic 10’000 euros d’amende, Issam Tej 10’000 euros d’amende, Samuel Honrubia 10’000 euros d’amende, Chokri M’Rassi 10’000 euros d’amende, Enzo Di Guardo 10’000 euros d’amende, Yann Montiège 5000 euros d’amende, Mickaël Robin 5000 euros d’amende, Giuseppe Palombo 5000 euros d’amende, Ayoub Chah 1500 euros d’amende, Primoz Prost 10’000 euros d’amende avec sursis.

Outre ces peines d’amende, ils étaient condamnés à payer des dommages-intérêts à la Française des Jeux, environ 200’000 euros. Le jugement condamnait également Luka Karabatic, Mickaël Robin et Jennifer Priez à payer solidairement 24’360 euros en réparation du préjudice, Nikola Karabatic et Géraldine Pillet 4360 euros, Enzo Di Guardo 10’440 euros, Nicolas Gillet 72’500 euros, Mladen Bojinovic 11’600 euros, Giuseppe Palombo 8700 euros, Samuel Honrubia et Ayoub Chah 8700 euros, Dragan Gajic et Ayoub Chah 8700 euros, Yann Montiège 6235 euros, Primoz Prost 8700 euros, Chokri M’Rassi 21’750 euros et Issam Tej 11’890 euros.

Comment l’affaire a éclaté

Le 3 mai 2012, Montpellier Agglomération Handball (MAHB) remportait  son cinquième titre consécutif de champion de France et le quatorzième de l’histoire du club. L’équipe du MAHB jouait le lendemain face à Dunkerque, où elle s’imposait 36-28. Montpellier, éliminé de la Ligue des Champions et vainqueur des quatre compétitions nationales de la saison 2011-2012 n’avait ainsi plus d’enjeu sportif en cette fin de saison et décidait de se passer de plusieurs de ses joueurs majeurs, légèrement blessés ou laissés au repos en vue des Jeux Olympiques. Aussi, les héraultais se rendirent t-ils diminués en Bretagne, notamment sans les frères Karabatic.

Le club de Cesson-Rennes Métropole, sixième avant le match, n’a pas gagné depuis le 2 mars 2012 et a besoin de l’emporter face au MAHB, s’il veut assurer son maintien, parmi l’élite pour la saison suivante. Le match s’est déroulé à Rennes devant plus de 4 000 personnes. À l’issue de la rencontre, à la surprise générale, les Bretons remportaient le match 31-28 (mi-temps : 15-12) et assuraient ainsi leur maintien. L’équipe du MAHB concèdait ainsi la deuxième défaite de sa saison. Mais, la rencontre avait t-elle été « arrangée » ? Y avait-il trucage au niveau des paris faramineux ? Les doutes se confirmaient rapidement.

Le 16 mai 2012, soit quatre jours après la rencontre, la Française des jeux informait les autorités judiciaires de « montants anormalement élevés par rapport à l’enjeu » qui se sont déroulés de « manière subite » depuis « une zone géographiquement circonscrite ». Les montants des paris étaient à la hauteur de 80’000 euros, pour un gain de plus de 200’000 euros.

Le procureur de la République de Montpellier de l’époque, Brice Robin ouvrait une information judiciaire. Les policiers du service spécialisé de lutte contre les fraudes à l’office central à Paris et du SRPJ de Montpellier lançaient discrètement leurs investigations sur commission rogatoire de deux juges d’instruction.

Coup de filet

Le 30 septembre 2012, après la défaite 38-24 de Montpellier face au PSG, à Paris, la police procèdait à plusieurs interpellations. Un véritable coup de filet médiatique, les caméras et les photographes étant présents à la sortie des vestiaires…À l’issue des gardes à vue, les juges d’instruction montpelliérains prononçaient la mise en examen de treize des personnes interpellées dont sept joueurs : Mladen Bojinovic, Dragan Gajic, Samuel Honrubia, Primoz Prost, Issam Tej et les deux frères Karabatic, ainsi que les compagnes de ses derniers pour escroquerie par manœuvre frauduleuse.

Le 4 octobre 2012, le club de Cesson-Rennes Métropole se portait partie civile dans le cadre de l’information judiciaire ouverte.  En février 2015, le parquet de Montpellier demandait le renvoi en correctionnelle des 17 mis en examen. Le procès a eu lieu à Montpellier en juin 2015 : le parquet a requis des peines de prison avec sursis et des amendes allant jusqu’à 80’000 euros pour les 16 condamnés. Des peines trop lourdes ont estimé les prévenus qui avaient interjeté appel.

 

1 Comment

  1. Ils ont pas honte ces tricheurs… déjà ils parient contre leur propre équipe c’est normal ils n’ont pas de gros revenus pris la main dans le sac Vuitton …ils trouvent le moyen de faire appel …au lieu de se faire oublier … voyou un jour voyou toujours et après ils vont faire les beaux sur les plateaux télé …
    L’exemplarité des sportifs entre dopage et petites combines …..j’espère que les juges vont alourdir leur condamnation à cette bande de rapetou … mais BON je ne me fait pas trop d’illusion ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *