Hérault : les pompiers vont repartir en grève

INFO MÉTROPOLITAIN. Le Syndicat Autonome (SA) des sapeurs-pompiers professionnels de l’Hérault, majoritaire au sein des casqués du Sdis 34, va déposer un préavis de grève « pour faire respecter le choix des pompiers des casernes d’Agde, de Lunel et de Frontignan, à propos du temps de travail de 12h ».
Le bureau du SA 34 se réunira ce lundi pour préparer ce préavis de grève. Le mouvement, s’il a lieu, débutera dans plusieurs jours. « Nous ne pouvons ignorer les résultats de la dernière consultation sur le temps de travail. Le comptage est simple, environ 340 pompiers professionnels veulent ou sont déjà en 12h. Il est possible que cette vérité inquiète certaines organisations syndicales, mais c’est une réalité, celle de ne plus vouloir concéder 600 heures à l’administration et de choisir un régime plus adapté aux évolutions et aux contraintes de notre profession. Les Autonomes ne sont ni dans l’immobilisme, ni dans la réaction, nous sommes actifs sur tous les dossiers, présents à toutes les commissions afin d’être une force de proposition avec nos valeurs autonomes et défendre au mieux vos intérêts. Nous ne faisons pas de sur-médiatisation stérile. Nous faisons un travail de sape au quotidien, personne ne peut l’ignorer, la critique est aisée, mais l’art est difficile. Nous avons choisi » est-il écrit dans un courrier adressé ce samedi 12 novembre aux casqués. Un courrier que Métropolitain s’est procuré.

« Le centre de Lunel en otage »

Le Syndicat Autonome du Sdis 34 trouve « tout simplement hallucinant que certains nous accusent d’imposer le 12h, là où nous répondons aux attentes du personnel. Pour preuve ces mêmes personnes et par simple ambition syndicale bloquent le centre du Lunel en prenant en otage son personnel très largement favorable au 12h, avec plus de 30 pompiers sur 38 consultés sur un effectif de 40 pompiers en équipe. Chacun doit pouvoir être libre de ses opinions, des choix qu’il fait en fonction de sa vie personnelle. Une chose est sûre nous resterons fermement opposés au « faites ce que je dis, pas ce que je fais ».
Le Syndicat Autonome a par ailleurs adressé, ce samedi 12, une lettre à Kléber Mesquida, président du conseil départemental de l’Hérault et président du conseil d’administration du Sdis 34. En voici la teneur :
« Tout dernièrement, vous nous avez fait part de votre volonté de remettre l’opérationnel au centre des intérêts du Sdis 34, point qui a été complètement oublié ou écarté par l’équipe de direction actuelle. Nous vous remercions de reconnaître enfin et à juste titre la corporation « bottes aux pieds », celle qui est au plus près de nos concitoyens héraultais. Pour cela vous vous êtes attaché les services d’un chargé de mission : le colonel Pierre Anselme. Nous avons lu attentivement la lettre de mission du 3 octobre dernier, sur laquelle nous avons pu relever plusieurs mots qui ont attiré notre attention:  » Le suivi ou l’exécution des orientations fixées par l’exécutif ».
Tous ces verbatim ont un sens pour nous, tout comme pour vous, mais apparemment pas pour votre comité de direction. Monsieur le président, nous sommes respectueux de notre institution, et plus particulièrement des règles relatives à l’organisation institutionnelle et administrative de notre Sdis. Notre organisation syndicale ne peut s’asseoir, tout comme vous, sur la loi du 3 mai 1996, selon laquelle chaque Sdis est dirigé par un conseil d’administration composé d’élus, ayant voix délibérantes, qui fixent les orientations (comme repris sur votre lettre de missions), afin que l’encadrement les exécute…Nous sommes bien loin de cela. Pour preuve, Monsieur le président, les délibérations votées à l’unanimité par notre conseil d’administration du sdis 34 et qui ne sont pas appliquées. Que devons-nous comprendre ? Nos élus votent-ils pour voter ? Que diriez-vous si notre direction ne mettait pas en place la délibération sur l’augmentation des contributions communales et intercommunales pour l’année 2017 ? Après plus de 14 mois -depuis novembre 2015-, nous avons interpellé à maintes reprises -Directeur, DDA, Chef de groupement, Jacques Rigaud et vous-même- afin de planifier et faire appliquer la mise en place du régime 12h sur Lunel. Nous vous rappelons que ce choix s’est fait démocratiquement au travers d’une consultation organisée par vos services afin de connaitre la volonté des sapeurs-pompiers professionnels. (Rapport 5 du Comité technique du 7 janvier 2016 et validé en CASDIS le 25 janvier 2016 rapport 8). Ce régime aurait dû être mis en place en début d’année 2016 à l’instar de ce qui a pu être fait sur Béziers en 2015. Sans compter que les centres d’Agde et Frontignan devaient suivre en 2017. Qu’allez-vous dire Mr le président à ces agents qui ont eux aussi participé à la consultation et sont dans l’attente d’une mise en place programmée en 2017 ? On nous avance même le passage du centre de Frontignan en régime diurne, avec la mise en place de gardes postées de nuit par des sapeurs-pompiers volontaires. Avez-vous fait ce choix ? Que devons-nous faire après avoir tenté toutes les solutions possibles pour faire respecter votre choix qui est également celui des élus de notre conseil d’administration. Nous avons tout entendu, mais aujourd’hui ce n’est plus possible pour nous de rester sans rien dire face à ce déni de démocratie orchestré par certains cadres supérieurs ayant le pouvoir de décider et s’octroyant le droit de ne pas appliquer vos décisions. C’est une réalité ! C’est pourquoi, nous vous demandons une application stricto-sensu de la mise en place du régime 12h sur le centre de Lunel dans les conditions qui ont été établies lors d’une réunion en date du 12 octobre dernier. D’autres réunions doivent être organisées afin de préparer au mieux ce changement de régime dès le 1 janvier 2017. Mr le président, nous voulons aussi vous préciser que lors de cette consultation et après lecture des résultats nous pouvons nous apercevoir du changement de mentalité sur le temps de travail. Les sapeurs-pompiers du SDIS 34 souhaitant ou bien étant sur un régime 12h sont de l’ordre de 65%. (Document en PJ- Il manque le centre de Ganges sur le calcul, et les plus de 50 ans. Pour ces derniers, ils ont fait le choix d’un régime heure pour heure en lieu et place d’un régime par équivalence). Monsieur le président, nous attendons tout simplement et naturellement l’application de la délibération du rapport 8 du 25 janvier 2016 en concomitance du règlement opérationnel et plus précisément sur l’organisation du POJ (2/3 de pompiers professionnels et 1/3 de pompiers volontaires), document de gouvernance là aussi voté en CASDIS. Sachez que ce courrier soulève principalement la problématique du passage en 12h du centre de Lunel. Sachez que ce courrier soulève principalement la problématique du passage en 12h du centre de Lunel, mais nous n’occultons nullement les dossiers cruciaux en cours tel que le renforcement de tous les centres nécessitant un ajustement de sapeurs-pompiers professionnels ».
On sera fixé demain après-midi sur la suite que donnera le Syndicat Autonome des pompiers du Sdis de l’Hérault à cette menace d’une nouvelle grève dans les casernes.

3 Comments

  1. Pourquoi les pompiers en grèves. ……C’est plutôt le syndicat FA qui a signé le protocole d’accord avec Risdofer qui est en grève. ……Cherchez l’erreur !!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *