Egalité professionnelle : un levier de performance méconnu

capture-decran-2016-11-09-a-16-19-02Avec la loi du 4 août 2014, l’égalité réelle entre les femmes et les hommes dite ‘‘égalité professionnelle’’ entrait dans le droit commun. Obligatoire, elle apparaît parfois cependant insurmontable pour de nombreux chefs d’entreprises.

Le point avec Clare Hart, Présidente de FACE Hérault

L’égalité professionnelle est obligatoire. Comment ne pas la vivre comme une contrainte ?
La loi du 4 Août 2014 a notamment instauré la nécessité de réaliser un accord égalité professionnelle femme-homme (en ajoutant un angle particulier de qualité de vie au travail) ou un plan d’action (pour les plus de 50 ans). La possibilité de partage du congé parental ainsi que des mesures sociétales pour renforcer la prévention des violences faites aux femmes ont également été mis en exergue.

Si cette loi peut paraître contraignante, elle peut être aussi un formidable levier de performance pour l’entreprise. Cette contrainte va aider l’entreprise, par nécessité, à prendre du recul sur ses pratiques managériales et imaginer des dispositifs innovants, objectivés permettant de repérer des talents et de les accompagner, de fidéliser les collaborateurs(trices) et susciter leur adhésion au projet global de l’entreprise.

Comment établir un diagnostic au sein de son entreprise ?
Même en dessous de 20 collaborateurs il est important de veiller et d’agir sur les inégalités (rattrapage pas favoritisme) et sur l’amélioration des condition de travail pour tous. Toute sorte d’outils existent aujourd’hui, du simple autodiagnostic aux plus poussés. L’important est de choisir un outil de projection de situation comparée, comme ceux qui passent en revue tous les champs couverts par la loi afinn d’identifier les écarts de situation et de rémunération F/M et créer des plans d’actions concrets.

Quelles actions simples peut-on mettre en place pour améliorer l’égalité professionnelle?
Mettre en place une Gpec (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) et Gptv (gestion prévisionnelle des temps de vie) : ce sont les femmes et les hommes qui profitent des mesures d’amélioration pour concilier et partager les temps de vie. Mais aussi agir sur la déconstruction des stéréotypes et leur intériorisation par les femmes. Des études en psychologie sociale montrent que la confiance des petites filles chute avec la sociabilisation et la scolarité, malgré leurs bons résultats, ce qui impacte grandement l’entrée dans le monde du travail. Bien avant l’entrée dans le monde du travail, nous sommes tous responsables, parents, système éducatif, médias, marketing…

1 Comment

  1. au delà du salaire, l’égalité hommes – femmes au travail passe aussi par la conciliation vie professionnelle – vie privée qui permet de gérer efficacement les multiples responsabilités du salarié au travail, dans son foyer et dans sa communauté, tout en maintenant sa bonne santé physique et psychologique.
    Il s’agit de créer de la souplesse dans les rythmes et les structures de travail et de proposer des services aux salarié(e)s.
    voir ” L’amélioration de la qualité de vie au travail ” : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=472

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *