Du 9 mm pour la police municipale : la Fédération satisfaite

Le maire de Perpignan a écrit au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve pour obtenir l’autorisation d’armer rapidement la police municipale du chef-lieu des Pyrénées-Orientales d’armes plus lourdes. Ce dimanche, la Fédération autonome-FPT des policiers municipaux de l’Hérault et du Gard réagit. 

Jean-Michel Weiss, le secrétaire général de la FADPM 34-30, par ailleurs secrétaire national de la FA- FPT police municipale se dit satisfait. Il explique pourquoi :

« Le maire de Perpignan anticipe l’annonce que le ministre de l’Intérieur devrait faire dans les semaines à venir aux organisations syndicales, lors d’une prochaine commission consultative des polices municipales. Doter les agents de telles arme répond à une demande de notre organisation. Ainsi, nous aurons une uniformisation avec les autres forces de polices de l’État et les douanes. La force de réponse en cas d’ouverture du feu, dans la limite du cadre de la légitime défense, permettra d’être plus efficients : 15 cartouches au lieu de 6 actuellement avec les révolvers ».

Selon Jean-Michel Weiss :

« Il faut aller encore plus loin. Nous voulons que l’armement devienne la règle pour l’ensemble des policiers municipaux. Or, aujourd’hui, à peine 50 % de agents sont dotés d’armes à feu sur le territoire national, même s’il faut reconnaitre que dans l’Hérault et le Gard, ce pourcentage est porté à plus de 85 % ».

Sur la question de la formation, il précise :

« Aujourd’hui, les policiers municipaux sont particulièrement formés au tir. Ils bénéficient d’une formation adaptée et organisée par le Centre national de la Fonction publique territoriale qui a formé plusieurs centaines d’agents en qualité de moniteurs en maniement des armes ».

Le maire de Perpignan sera fixé sur sa requête d’ici la fin de l’année.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *