ZAC EAI et parc Montcalm : maisons, aires de jeux, arbres

Il aura bien fallu 3h30 ce samedi matin au maire, Philippe Saurel, épaulé par Stéphanie Jannin concernant les aspects techniques d’urbanisme, pour présenter une deuxième fois à la concertation le projet de la ZAC de l’EAI et les aménagement à venir du parc Montcalm. Les citoyens sont venus nombreux, avec environ 300 personnes dans la salle, pour poser leurs questions et apporter leurs idées. La réunion publique a été notamment animée par le collectif de la ligne 5. Philippe Saurel n’a d’ailleurs pas boudé son plaisir face à cette agitation « politique ».

La ZAC EAI, un futur quartier

logementseaiFace à l’ambiance agitée d’une bonne partie de la salle, Philippe Saurel débuta sa présentation par une mise au point concernant l’achat du terrain de l’EAI : « Un mois avant les élections, la précédente municipalité a acheté les 35 hectares pour 19 millions d’euros afin de faire plaisir à Nicolas Sarkozy. Moi, cette semaine, j’ai eu le terrain de l’ancienne caserne de gendarmerie à Celleneuve pour 1 €« . C’est également un moyen pour le maire de Montpellier de justifier la construction des 600 logements en bord du parc Montcalm sur la rue des Chasseurs en plus des 1’900 prévus sur le terrain de l’EAI, afin de réaliser une opération immobilière. Avec l’objectif de tenir sa promesse de ne pas augmenter les impôts.

« C’est bien qu’un réunion soit animée et que l’on ne soit pas d’accord sur tout. Sinon on m’appellerait Ceausescu » Philippe Saurel

immeublesrehabilites
Projet de réhabilitation de bâtiments

La ZAC comportera donc 1’900 logements à la fois dans des bâtiments existants réhabilités, dans des immeubles neufs, ainsi que dans des maisons de ville. « Ce que nous souhaitons faire, c’est proposer un habitat diversifié. Mais un habitat à taille humaine. On ne va pas mettre des tours de 30 étages. Et dès que l’on peut réhabiliter des immeubles existants, on le fait« , a expliqué Philippe Saurel.

C’est un véritable quartier qui sortira de terre avec des pépinières d’entreprises, des structures de formations, des commerces de proximité… Une crèche de 48 places autour de la chapelle verra le jour à la fin 2018. Le quartier accueillera également une nouvelle école avec l’ouverture de 10 classes en 2019 et de 10 autres en 2020. De plus, la Calendreta située rue Lepic sera intégrée à la future ZAC EAI.

20 hectares préservés du tram

Philippe Saurel fit également une mise au point sur ce secteur en débutant par l’ancien trajet de la ligne 5 : « À l’époque, Mr Moure disait en lisière du parc (…) Moi, je me suis engagé à ce que la cinquième ligne de tramway ne passe pas par le parc Montcalm. En enlevant la ligne 5 du tram nous gagnons un peu plus de 5 hectares. Au lieu que le parc fasse 15 hectares comme il était prévu, il est à plus de 20 hectares« . Une explication qui eut du mal à convaincre à la fois le collectif de la ligne 5, pressé de la voir se réaliser et les défenseurs du parc, estimant que 3 hectares sont rognés en raison de la construction des logements sur la rue des Chasseurs. Ces derniers étant maintenant intégrés à la ZAC EAI ne sont plus à comptabiliser dans le parc.

Le parc Montcalm aura une fonction protectrice pour les quartiers avoisinants. Un espace de rétention de 30’000 m3 divisé en 6 bassins permettra de réduire à terme les inondations des quartiers situés en amont. Le parcours de l’eau entre les différents bassin sera mis en scène par des jeux de niveau, d’escaliers ou des ouvrages réinterprétant le modèle historique de l’arche.

Sport et pétanque

eaimontcalm

Le sport sera à l’honneur dans le parc. Tout d’abord à destination des scolaires. Les conventions avec le Département pour le collège et la Région pour les lycéens seront actualisées pour en accueillir davantage. Au niveau des équipements, la piste d’athlétisme sera refaite et pour conserver les usages existants le terrain de tambourin sera maintenu, un plateau pour le basket et le hand est prévu ainsi qu’un espace dédié au bike-polo. Il a été convenu avec le public le maintien des courts de tennis qui connaîtront un coup de frais. Un parcours pour les joggeurs sera imaginé tout comme un skate park. Les habitants du quartier seront ravis de savoir qu’il y aura des terrains de pétanque. Les Barracudas, représentés dans la salle, ont émis la demande d’avoir un espace pour la pratique du softball. Ce qui sera étudié. Le parc Montcalm accueillera également des aires de jeux pour les enfants.

1’600 arbres seront donc plantés entre l’EAI et le parc Montcalm. Une quinzaine de variétés allant de 10 à 30 m de haut seront présentes : du platane commun à différentes familles de chênes, en passant par des pins et des arbres fruitiers (cerisier acide, pommier domestique, pêche, mandarinier…).

« Dans l’EAI, il y a des problématiques liées à l’hydraulique et donc il faut assurer un certain nombre d’espaces pour la transparence hydraulique. Mais nous sommes aussi une ville méditerranéenne dont la canopée est faible » Philippe Saurel

Plusieurs points ont été soulevés par l’assistance et enregistrés par Philippe Saurel. L’accès au parc a souvent été évoqué et notamment la passerelle piétonne au dessus de la rue des Chasseurs. Le maire a donc souhaité que son maintien soit étudié. Tout comme la fréquence des feux de circulation dans les rues jouxtant le parc. Une toilette sèche de la société montpelliéraine Ecosec sera mise à l’essai à l’intérieur du parc.

Une campagne d’archéologie préventive débutera en 2017. Les premiers travaux interviendront à la mi 2018 et une première tranche sera livrée à la fin 2019. Durant tout ce temps, la concertation entre la municipalité et les citoyens continuera.

Rapprochement maire-collectif

Philippe Saurel a expliqué une nouvelle fois que « la ligne 5 de tram sera rediscutée par une modification de déclaration d’utilité publique organisée à cette zone. On ne peut pas utiliser l’ancienne DUP sans discuter de cette portion (ndlr : celle devant initialement traverser le parc Montcalm) qui va être modifiée. En la modifiant, on vient coopter la ligne à la route de Lavérune et donc aux quartiers populaires qui n’étaient pas desservis par le premier trajet« .

« Si le tram était terminé dans les années 2024-2025 ce serait parfait » Philippe Saurel

Les échanges étaient vifs entre les membres du collectif de la Ligne 5 et Philippe Saurel. Chacun restant sur ses positions et vérités. Pourtant, face à leur insistance et leurs demandes de rencontre répétées depuis deux ans, le maire de Montpellier a fait un pas vers eux. D’abord, au début de la réunion en leur disant vouloir adhérer au collectif. Puis, lors d’un échange en prenant rendez-vous. Philippe Saurel et quelques membre du collectif se rencontreront le 14 novembre à 7h30 à la brasserie Lepic. Et s’ils n’étaient pas trop nombreux, il s’est engagé à payer les cafés.

2 Comments

  1. Curieusement !…….
    On n’entend plus l’ARFA qui défendait le poumon vert soit disant mais luttait en fait CONTRE le Tram générateur de nuisances ( de perte de valeur de leurs villas !…)……. Le bétonnage ne les dérange pas !!…
    Quant au Tram… ceux qui doutent encore auraient besoin de se fair soigner =
    – alors qu’il parait logique de prévoir les infrastructures AVANT de bâtir… – Saurel dit en substance =
    – j’amène 10 000 habitants PUIS une fois construit = je fais le Tram (ou je laisse mes successeurs le faire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *