Métropole, État et privés s’engagent pour l’emploi dans les quartiers prioritaires

« C’est un moment unique dans le pays et cela se passe une nouvelle fois à Montpellier » a lancé Philippe Saurel en ouverture de la présentation du Projet pour le Développement de l’Emploi Métropolitain (Podem). Il s’agit d’un dispositif de coordination et d’animation de politiques locales d’emploi et d’insertion co-animé par la Métropole et l’État. Podem s’inscrit dans le cadre du premier pilier du contrat de ville 2015-2020 qui est celui du développement économique et l’emploi pour les quartiers prioritaires.

« Cette plateforme qui rassemble l’État et la Métropole a un seul but : favoriser l’emploi pour les citoyens issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Nous le faisons en partenariat avec des entreprises qui ont accepté de mettre les mains dans le cambouis pour nous aider à réaliser cela. C’est un travail transversal très solidaire entre le public et le privé » s’enthousiasme le président de la Métropole. À ses côtés, Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault, abonde dans ce sens : « C’est vraiment dans cet esprit de partenariat que nous souhaitons travailler pour promouvoir l’activité économique dans les douze quartiers prioritaires de Montpellier. Et s’y faisant, y développer des politiques d’insertion et d’emploi en particulier pour les plus jeunes« .

Catherine Dardé, Philippe Saurel et Pierre Pouëssel
Catherine Dardé, Philippe Saurel et Pierre Pouëssel

Les objectifs sont grands comme l’explique Pierre Pouëssel : « L’ambition du Podem à terme sera de couvrir l’ensemble du territoire métropolitain et d’en faire un service public de l’emploi de proximité« . Le préfet de l’Hérault détaille les trois axes stratégiques du Podem : « D’abord la mobilisation des entreprises, l’accès à l’emploi des jeunes et enfin le développement économique des quartiers« .

Les actions déjà engagés

Plusieurs actions ont déjà été engagées pour la mise en place du Podem. Une plateforme collaborative « clauses sociales » portée par la Métropole et cofinancée par l’État permettra de mobiliser la commande publique et privée comme vecteur d’insertion professionnelle. « Des heures de travail seront ainsi réservées à des publics en difficulté d’insertion. La plateforme vise tous les marchés non seulement de la Métropole mais aussi des satellites de la Métropole avec l’ensemble des 31 communes, des opérations de renouvellement des quartiers prioritaires de la ville, des bailleurs sociaux et plus largement tous les maîtres d’ouvrage quand des entreprises interviennent sur notre territoire » a détaillé Catherine Dardé, vice-présidente de la Métropole. Sans doute conscient des difficultés (notamment juridique) que cela va entraîner une aide sera apportée en amont et en aval de la commande publique pour la rédaction de ces clauses sociales. L’équipe de la Métropole dédiée aux marchés publics sera d’ailleurs renforcée.

La Garantie Jeune et le renforcement du soutien de la Mission Locale des Jeunes auront pour rôle de mobiliser l’accès à l’emploi des jeunes. La Métropole soutiendra des projets dans cet optique tels que les Rencontres pour l’emploi ou toute démarche d’accompagnement à la création d’activité.

Catherine Dardé explique le plan d’action : « 85 projets ont été repérés au 4 novembre et mis dans ce plan d’action avec des fiches opérationnelles pour chacun des projets. Dans ces 85 projets, nous en avons 44 qui sont de nouveaux projets. C’est dire que cette dynamique est vraiment lancée. Nous avons pu accélérer le processus déjà enclenché. 65 % des projets sont en cours de mise en oeuvre au 30 septembre donc nous sommes dans la réalisation concrète, dans la montée en puissance de ce plan d’action« . Deux filières stratégiques ont été ciblées pour la création d’emploi : le numérique et la santé.

La charte Entreprises et Quartiers

« En signant la charte, les entreprises manifestent la volonté de travailler en réseau sur cette plateforme collaborative et d’accompagner au niveau des quartiers populaires ce développement économique » salue Chantal Marion qui tient à prendre comme modèle l’émulation des entreprises de la French Tech. La vice-présidente de la Métropole en charge du développement économique a émis l’idée d’adapter le modèle de BigUp4Startup aux quartiers.

Un fonds d’excellence quartier sera mis en place : « Ces fonds permettront de délivrer des prêts d’honneur. Il s’agit d’un prêt remboursable, sans garantie et sans caution. Et ça pour les quartiers prioritaires c’est quelque chose de très important que l’on va pouvoir appliquer et mettre en place« .

Stéphane Reboud (DELL), Caroline Calzi (MTP BS), Antoine Soive et Hugo Lichère (Drôle de Pain)
Stéphane Reboud (DELL), Caroline Calzi (MTP BS), Antoine Soive et Hugo Lichère (Drôle de Pain)

Dans le cadre du Contrat de Ville 2015-2020, visant à un développement égalitaire des différents quartiers métropolitains, 160 entreprises avaient signé en 2105 la Charte Entreprises et Quartiers. Cette charte formalise l’engagement des entreprises à déployer des actions concrètes pour favoriser l’emploi et l’insertion des habitants des quartiers populaires. Hier, six entreprises ont lancé le mouvement en signant la convention d’application de la Charte : DELL, EDF, La Clinique du Millénaire, Drôle de Pain, Comptalia et Montpellier Business School.

« D’ici la fin 2016, il va y avoir le lancement d’un Club des entreprises de la Charte Entreprises et Quartiers. Les entreprises pourront se réunir, communiquer entre elles, faire le retour des actions menées… Il est nécessaire que les entreprises se rencontrent pour se stimuler » a annoncé Chantal Marion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *