Homophobie : Christine Boutin condamnée en appel

Ce mercredi, la cour d’appel de Paris à condamné l’ancienne ministre du Logement, Christine Boutin à verser 5’000 euros d’amende pour incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle, ainsi que 5’000 euros de dommages et intérêts à chacune des trois associations qui s’étaient portées parties civiles : l’Inter-LGBT, Mousse et le Refuge, dont le siège est à Montpellier.

Cet arrêt qui intervient moins d’un an après la condamnation en première instance de la présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate (PCD) satisfait les représentants associatifs, ainsi que leurs avocats. « On se félicite de la décision de la cour d’appel », se réjouissent Jérôme Beaugé, le coordinateur politique de l’interassociative lesbienne, gay, bi et trans et son avocate, Me Karine Geronimo : «Tout propos LGBTphobe est condamnable et nul n’est censé ignorer la loi, même lorsque l’on est Mme Boutin, ancienne ministre de la République.»

Au Refuge, même réaction : «Cette décision indique que la liberté d’expression trouve ses limites lorsqu’elle vise et porte préjudice à un groupe de personnes vulnérables», analyse Me Charles Bernier, l’avocat montpelliérain de l’association qui vient en aide aux jeunes LGBT rejetés par leur famille, ajoutant que «Le prétexte qui consiste à se cacher derrière un texte religieux pour rejeter l’homosexualité est donc une défense vouée à l’échec, surtout quand on sait que les propos de Mme Boutin n’ont même plus cours au sein de nos temples et de nos églises.».

« Des plaies à panser »

 « Je salue le travail de notre avocat, Maître Charles Bernier, qui a brillamment défendu les milliers d’adolescents meurtris par ses propos haineux. Merci Charles. Je salue le conseil d’administration du Refuge et les conseils d’administration de l’Inter-LGBT et de Mousse qui ont pris la courageuse décision de porter leurs associations comme parties civiles. Je pense, enfin et surtout, à tous les adolescents meurtris par tant de haine chez lesquels le mal-être a atteint son paroxysme et qui ont vécu et vivent encore des moments douloureux. Leur courage fait la fierté de toutes nos équipes ! Les 5’000€ que Christine Boutin doit verser au Refuge panseront quelques plaies mais notre travail est encore long », écrit ce mercredi soir Nicolas Noguier, le président du Refuge, sur sa page Facebook.

« L’homosexualité est une abomination »

Christine Boutin avait déclaré en avril 2014, dans une interview au trimestriel Charles, que «l’homosexualité est une abomination», en référence à un verset du Lévitique. Des propos qu’elle a reconnu avoir tenus devant le tribunal correctionnel de Paris, qui tombent sous le coup de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. «Cette décision, si elle devient définitive, aura un double effet politique, c’est un grand progrès », selon l’avocat de l’association Mousse, Me Etienne Deshoulières.

Christine Boutin dispose d’un délai pour se pourvoir devant la cour de cassation. Ni la condamnée, ni son avocat n’étaient en mesure ce soir de dire s’ils allaient saisir la juridiction suprême.

 

2 Comments

  1. verset du lévitique :
    22 Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination.
    23 Tu ne coucheras point avec une bête, pour te souiller avec elle. La femme ne s’approchera point d’une bête, pour se prostituer à elle. C’est une confusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *