Clermont-l’Hérault : un blessé lors d’une expédition punitive

Un vieux contentieux qui oppose au moins deux familles a dégénéré dans la nuit de lundi à mardi, vers 3h, dans un appartement de la rue Rougas, dans le centre-ville de Clermont-l’Hérault, où une violente expédition punitive a fait un blessé par arme à feu et s’est soldée par trois interpellations. Trois des participants présumés à ces actes, des frères de 18,21 et 28 ans étaient en garde à vue, ce mercredi matin à la brigade de gendarmerie locale.

Ce contentieux perdurerait depuis 4 ans, selon nos informations avec des incidents récurrents qui se traduisent souvent par des dépôts de plainte. Les gendarmes de la compagnie de Lodève interviennent régulièrement pour tenter de gérer la situation. Récemment, ils ont procédé à l’interpellation d’un homme de 18 ans, membre d’une de ces familles qui se déchirent, qui a débouché sur une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Montpellier.

Cette spectaculaire expédition punitive de l’autre nuit constitue t-elle une vengeance ? Cette hypothèse n’est pas exclue.

Un plomb traverse une joue

Toujours est-il que vers 3h, mardi matin, trois individus dont l’un était porteur d’une arme, probablement un fusil ou une carabine qui n’a pas été retrouvée ont débarqué dans l’appartement de la rue Rougas. Ils ont défoncé la porte d’entrée, les portes intérieures et les fenêtres, mettant à sac les lieux. Celui qui était armé à tiré à deux reprises sur un des locataires, qui a reçu un plomb au visage. Ce projectile de petit calibre qui a traversé une joue et qui est toujours fichée dans la tête devrait lui être retiré vendredi au CHRU de Montpellier. Un miracle : le plomb n’a pas atteint d’organe vital.

Une scène extrêmement violente qui a traumatisé trois des enfants du couple pris pour cible, âgés de 10,14 et 16 ans. Alertés, les gendarmes qui étaient intervenus en nombre en milieu de nuit ont procédé à l’arrestation de trois suspects, trois frères dont le tireur présumé. Des recherches ont été menées dans le lac du Salagou proche par des plongeurs de la brigade nautique de la gendarmerie d’Agde dans le but de récupérer l’arme utilisée lors de cette expédition punitive spectaculaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *