Élection des présidents des métropoles : Saurel à Paris

Le maire (DVG) de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole (3M), Philippe Saurel sera à Paris ce mercredi matin, pour une réunion de travail sur le projet d’élire les présidents des métropoles au suffrage universel dès 2020. Les quinze présidents des métropoles seront reçus par le ministre de l’Intérieur et des Cultes, Bernard Cazeneuve et par Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales. Cette rencontre aura lieu dans l’Hôtel particulier de Castries, 7 rue de Varennes, à Paris, qui abrite les bureaux de Jean-Michel Baylet et d’Estelle Grelier, la secrétaire d’État aux collectivités territoriales. Philippe Saurel sera de retour à Montpellier mercredi soir.

Le projet d’élire les présidents des métropoles au suffrage universel fait débat et polémique. Démocratiser en 2020 l’élection des présidents de métropole était l’ambition de l’article 54 de la loi sur les métropoles de 2014. Deux ans plus tard, le chantier n’a pas avancé d’un iota. Ce texte imposait pourtant à l’Etat de publier un rapport sur le sujet en juin 2015, avec janvier 2017 comme date butoir pour une loi fixant les modalités de cette élection. Fin 2015, Manuel Valls avait promis de remettre le dossier sur la table.

Cette réunion organisée ce mercredi à Paris atteste que le chantier est sur les rails. Et qu’il va s’accélérer. L’association France Urbaine qui représente les grandes agglomérations, tardait à mettre en place son groupe de travail. Son président, Jean-Luc Moudenc, le maire (LR) de Toulouse, milite pourtant pour que le chantier soit ouvert, mais il avait confié que les avis étaient partagés parmi les dirigeants des 15 métropoles et qu’il serait difficile d’obtenir une position commune.

« Le statut de métropole fait rêver les grandes villes, car c’est un atout pour leur image, pour leur attractivité », soulignait récemment le patron du Grand Nancy, André Rossinot. C’est aussi depuis peu devenu un bouclier contre le pouvoir des grandes régions. « Chaque élu va analyser sa carte électorale, c’est ce qui déterminera sa position sur le sujet  » analyse un grand élu, qui ne se fait pas d’illusions. Philippe Saurel croit à l’avenir des métropoles : il s’est rapidement rapproché de celle de Toulouse pour finaliser des projets communs, comme dans le domaine culturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *