palais justice montpellier
Tribunal de grande instance de Montpellier. - AM/Métropolitain.

Une avocate spécialisée dans les affaires de la famille au barreau de Montpellier, Valérie Guibal-Martelli est décédée après une “fausse route” alimentaire, alors qu’elle mangeait en compagnie de son père dans un restaurant du quartier des Arceaux. Elle était âgée de 50 ans. Elle a avalé de travers un aliment et le temps que les témoins ne se rendent compte de la gravité de la situation, son état de santé s’est aggravé. En dépit de l’arrivée rapide des sapeurs-pompiers et d’un médecin, Valérie Guibal-Martelli est morte étouffée.

Valérie Guibal-Martelli avait 50 ans.
Valérie Guibal-Martelli avait 50 ans.

Cette obstruction causée par cette “fausse route” a provoqué un arrêt cardiaque, qui a été fatal. Les services de secours n’ont pas pu la ranimer, malgré de longs massages cardiaques pratiqués dans le restaurant.

“Le décès brutal de Valérie a provoqué une vive émotion au sein du conseil de l’ordre des avocats, elle faisait l’unanimité par sa gentillesse et sa convivialité, nous sommes consternés par sa disparition. Comme le dit un confrère pénaliste, Valérie était un rayon de soleil quand elle pénétrait dans une salle d’audience”, témoignait le bâtonnier André Brunel, ce vendredi matin.

- Annonce -

Une messe a été dite ce vendredi matin en l’église Sainte-Thérèse, à Montpellier en mémoire à Valérie Guibal-Martelli, avant ses obsèques qui seront célébrées ce samedi.

 

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

4 Commentaires

  1. Dire qu’une formation d’une petite heure permettrait de connaître les gestes qui sauvent, comme ici la manœuvre de Heimlich…
    Mais savoir sauver la vie des membres de sa familles n’est pas au programme de l’éducation nationale, ni de la formation continue.
    Pourtant des bénévoles seraient heureux de prodiguer les cours, ce serait un investissement minime et très rentable. Autant financièrement qu’humainement.
    Chacune ses priorités je suppose, mais là c’est stratosphérique.

  2. c est vraiemrnt pas de chance. toute les condoléances a la famille et au papa pour qui ça a dû être terrible de voir sa fille ainsi dans pourvoir rien faire.

  3. A mon sens la formation aux premiers secours devrait être gratuite afin que tout le monde puisse être à même de sauver une vie, n’importe où n’importe quand !!!
    Dès l’école et remise à jour tout au long du parcours de chacun.

  4. Bien sûr, c est au programme des écoles primaires, le programme s appelle “apprendre à porter secours”. Plusieurs écoles dont celle de Prades le Lez par exemple le mettent en œuvre. Pour les autres, il faut stimuler les professeurs… c est l éducation nationale quoi…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here