Grève et manifs : lettre ouverte du député Patrick Vignal

Le député PS de l’Hérault, Patrick Vignal adresse ce mardi une lettre ouverte aux policiers nationaux, aux sapeurs-pompiers, aux personnels médicaux, aux enseignants, aux magistrats, « maillons indispensables de notre service public », à propos des grèves et des manifestations publiques :

« Votre fonction, à chacune et chacun, est indispensable au bon fonctionnent de notre société. Je comprends la légitimité de l’expression de votre mal être actuel. Nous nous devons de respecter votre engagement professionnel et de traiter avec objectivité les difficultés auxquelles vous faites face car vous êtes des maillons essentiels de notre société.

Votre mission et l’amélioration de sa condition doivent dépasser les clivages politiques habituels. Nous autres élus devons reconnaitre la qualité du travail que vous réalisez tous les jours pour l’ensemble de nos concitoyens.

Il faut mettre fin à la réciprocité des mépris, votre action mérite que, ensemble, vous continuiez à assurer les missions pour lesquelles vous vous êtes engagés, qui sont vitales à la République et à ses valeurs.
Arrêtons de rejeter la faute sur l’autre. Construisons ensemble les solutions aux défis qui nous sont posés face au terrorisme, à la délinquance, à la violence, au repli sur soi, au chômage…

Pour autant est-ce suffisant? Je constate tous les jours qu’il existe dans notre pays des zones de non- droit où la police ne peut plus se rendre, des policiers et des commissariats se sont fait attaquer, où les pompiers se font caillasser, où les personnels soignants et les enseignants se font agresser. Il faut continuer à renforcer les moyens humains et matériels des forces de l’ordre, de la justice mais aussi du service public.

L’arsenal juridique répond-il aujourd’hui aux défis posés par ceux qui ne respectent ni nos lois, ni nos valeurs, les fondements de notre République? Ce sujet est beaucoup trop grave pour le laisser aux « Géo Trouvetout » de la politique, jamais à court d’idées pour proposer des lois qui existent déjà.

Aujourd’hui, l’important n’est pas d’empiler des textes de lois mais de donner à la police, à la justice, à nos enseignants, à nos infirmières, à nos pompiers… les moyens nécessaires pour protéger les français, les éduquer, ou encore les soigner. C’est ma priorité et ce n’est pas négociable ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *