En live ce soir au Grand Journal.

Le maire (SE) de Saint-Bauzille-de-Putois, Michel Issert et sa première adjointe, Élisabeth Thérond étaient les invités, en direct ce lundi soir du Grand Journal sur Canal Plus. Le présentateur Victor Robert a lancé le sujet à 19h25, en donnant la parole de la maire de Calais, satisfaite enfin du départ de ces milliers de migrants de la “jungle”, en train d’être démantelée, dont 1200 mineurs isolés.

Puis, le président de l’association France Terre d’Asile, Pierre Henry s’est exprimé sur ces expulsions organisées par l’Etat, dénonçant l’existence pendant de longs mois de ce gigantesque bidonville, avec des situations inhumaines à gérer.

En direct.
En direct.
- Annonce -

Michel Issert a rappelé qu’il avait envoyé sa lettre de démission ce lundi au préfet de l’Hérault : “Notre beau petit village est un village d’accueil, mais nous ne pouvons pas accepter de recevoir 87 jeunes réfugiés étrangers, alors que l’Hérault en accueille 240 environ au total. Pourquoi en avons-nous autant ?”. Le maire déplore avoir été informé brutalement de ma décision préfectorale, prise sans aucune concertation. Élisabeth Thérond a assuré que, “nous sommes les élus de ce village, nous parlons et nous agissons au nom des habitants”.

La Protection civile activée

Pierre Henry a demandé au maire et à sa première adjointe de faire un effort : “Acceptez d’accueillir 40 migrants, alors, si vous êtes un village d’accueil”. 19h43 : fin du direct que Michel Issert et Élisabeth Thérond ont trouvé beaucoup trop court…

Les jeunes réfugiés ne vont pas tarder à arriver au centre de loisirs de Saint-Bauzille-de-Putois. En effet, la préfecture de l’Hérault a mis en alerte les bénévoles de la Protection civile de ce département pour venir apporter des boissons et du réconfort aux migrants.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here