Des policiers de la Sécurité publique de Montpellier manifestent depuis mercredi, jour et nuit sur la place de la Comédie pour protester contre le laxisme de la justice et pour leur mise en danger, lors d’interventions dans certaines cités, dans le cadre d’un mouvement national qui prend de l’ampleur. Ces actions destinées à alerter l’opinion publique reçoivent le soutien du Parti socialiste de l’Hérault, par la voix d’Hussein Bourgi, premier secrétaire fédéral. Voici sa réaction :

“Les policiers sont les garants de l’ordre républicain, à ce titre la République doit mieux les protéger. De graves agressions ont été commises ces derniers jours (notamment à Viry-Châtillon) contre les forces de l’ordre. Ces faits provoquent, à juste titre, l’exaspération et la colère des policiers. Au nom de la Fédération Socialiste de l’Hérault, je veux témoigner aux forces de l’ordre notre soutien, et leur renouveler notre considération et notre gratitude. Nous mesurons la difficulté et la complexité des missions qu’ils remplissent au quotidien, aussi nous partageons leurs demandes en moyens humains et matériels.
Cependant je veux rappeler que c’est sous Nicolas Sarkozy et François Fillon que 13.000 postes ont été supprimés dans la police nationale.

A contrario, c’est pendant l’actuel quinquennat de François Hollande que 9.341 postes ont été créés.  Les faits sont là, les chiffres sont têtus ! Je ne doute pas que l’honnêteté intellectuelle des responsables des syndicats de police les conduira à le dire, à le rappeler et à le reconnaître.

Quant à la droite, elle a beau jeu de témoigner sa sollicitude pour les policiers, elle n’est pas crédible puisqu’elle n’a rien retenu de ses erreurs passés et qu’elle annonce à nouveau une réduction drastique de postes dans la fonction publique en cas d’alternance en 2017.
Ceci étant rappelé, et considérant que les phénomènes de violence à l’encontre des forces de l’ordre tendent à se multiplier, nous sommes favorables à l’augmentation des effectifs (notamment en raison des missions nouvelles qui leur sont confiées en matière de prévention et de lutte contre le terrorisme) et au durcissement de l’arsenal pénal pour toute personne qui attenterait à l’integrité physique ou à la vie d’un-e policier-ère dans l’exercice de ses fonctions.

Nous sommes convaincus que c’est dans l’échange avec le gouvernement, et dans un dialogue empreint d’écoute et d’action, que les réponses pourront être apportées pour permettre aux forces de l’ordre de travailler dans une plus grande sérénité.
Les policiers sont les garants de l’ordre républicain, à ce titre la République doit mieux les protéger. Il en va du respect de l’Etat de Droit”.

PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here