Montpellier : des policiers en colère ont manifesté ce matin

0
Les policiers rassemblés ce matin à 5h45 sur la Comédie. Photo Infos H24.

Une quinzaine de policiers de la Sécurité publique du commissariat central de Montpellier en colère, la quasi-totalité en uniforme, car faisant partie des patrouilles de police-secours -la brigade anticriminalité, BAC de nuit était présente en civil- se sont rassemblés à 5h45 ce mercredi sur la place de la Comédie, à Montpellier, gyrophares des véhicules d’intervention allumés, pour se joindre au mouvement national inédit et soutenir des collègues violemment agressés.

En effet, plusieurs centaines de policiers ont manifesté de manière inédite leur mécontentement à Paris, dans la nuit de lundi à mardi, sans mot d’ordre syndical. Dix jours après une attaque contre leurs collègues dans la banlieue parisienne, plusieurs dizaines de voitures de police ont perturbé la circulation sur les Champs-Elysées.

- Annonce -
PAVÉ 250

À l’origine de cette manifestation, aucune organisation syndicale, mais des policiers qui se disent « à bout ». Exaspérés et fatigués, ils sont surtout inquiets d’avoir à nouveau été pris pour cible, le 8 octobre dernier, à Viry-Châtillon au sud de Paris. Deux voitures en patrouille avaient été incendiées par des hommes portant des cagoules. Les vitres des véhicules avaient été brisées et des cocktails Molotov jetés à l’intérieur. Les agresseurs avaient ensuite tenté d’empêcher les policiers de sortir.

Polémique

Durant cet incident, quatre fonctionnaires ont été blessés et l’un d’eux est toujours dans un état critique à l’hôpital Saint-Louis de Paris. C’est de là que la manifestation spontanée de la nuit dernière est partie.

Cette action à Paris, suivie ensuite en province et donc à Montpellier suscite une polémique. Le patron de la police nationale, Jean-Marc Falcone a dénoncé ce mardi le comportement « inacceptable » de ces manifestants, qui ont « fragilisé la police nationale » en manquant à leur devoir de réserve. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a, lui, déclaré comprendre « l’exaspération » des policiers, mais les a rappelés à la « déontologie » de leur profession.

- Annonce -Téléchargez dès maintenant notre nouvelle application mobile >> http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here