A75, Hérault : moisson inattendue pour les gendarmes

0
Une des moissonneuses batteuses dans le tunnel de l'Escalette ce matin. Photo Gendarmerie de l'Hérault.
1140×200

INSOLITE. Les gendarmes du peloton d’autoroute de Clermont-l’Hérault vont de surprise en surprise avec des engins inattendus qu’ils croisent : après un tracteur de vigneron contrôlé du côté de Pézenas récemment, c’est au tour de deux belles moissonneuses batteuses qui ont été escortées, puis interceptées ce vendredi à 10 heures à Pégairolles-de-l’Escalette, entre Lodève et le Caylar.

Leurs conducteurs étaient partis jeudi soir à 23 heures d’Arles, dans les Bouches-du-Rhône pour rejoindre Rodez, dans l’Aveyron, afin de continuer la campagne des moissons. C’est une erreur de parcours au niveau de Lodève, très certainement due à la fatigue qui les a conduits, peu avant 10 heures, sur l’autoroute A75 en direction de Millau.

Vitesse très lente dangereuse

- Annonce -
300×250
Fiesta Sète
PAVÉ 250

Les gendarmes alertés par un témoin, se sont rapidement portés à leur niveau, afin de les escorter. En effet, compte-tenu de la vitesse très lente due à une forte pente sur ce secteur, ainsi que la traversée du tunnel de l’Escalette, le danger d’être percuté par un automobiliste était réel.

Les militaires ont fait sortir de l’autoroute les deux « intrus » au niveau de St-Félix-de-l’Héras pour les aiguiller dans la bonne direction et sur une route départementale cette fois. Ils ont également fait à leur manière, une « moisson de circonstance » en relevant à l’encontre des deux conducteurs une circulation non autorisée sur autoroute et un défaut de plaque d’immatriculation.

C’est affaire, qui de prime abord peut prêter à sourire aurait malheureusement pu être gravissime sans l’intervention rapide des gendarmes.

Les deux moissonneuses batteuses sur l’A75 ce matin. Photo Gendarmerie de l’Hérault.
- Annonce -Téléchargez dès maintenant notre nouvelle application mobile >> http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here