Pérols : l’ex-raseteur Jacky Siméon fait citoyen d’honneur

0
Jacky Siméon acclamé hier soir dans les arènes de Pérols. Photo JMA, Métropolitain.

TROPHÉE TAURIN. L’ex-raseteur, chroniqueur taurin et écrivain héraultais Jacky Siméon a été fait citoyen d’honneur dimanche soir, dans des arènes de Pérols bondées. L’enfant du pays, comme le maire Jean-Pierre Rico l’a rappelé dans son discours prononcé lors du convivial l’hommage rendu à la fin des courses camarguaises de l’étape pérolienne du Trophée taurin de Montpellier Méditerranée Métropole -3M-, a été acclamé par les centaines d’amateurs de bouvine, debout sur les gradins.

Jacky Siméon a eu droit à un tour de piste, ouvrant le défilé d’une trentaine d’Arlésiennes, après la remise des prix aux meilleurs des 13 raseteurs qui ont concouru pour le Trophée taurin de 3M -en retirant les fameuses cocardes des cornes des taureaux- en présence de Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de 3M et de Jean-Luc Meissonnier, vice-président métropolitain, maire de Baillargues, de Jean-Pierre Rico bien sûr et de Daniel Siméon, directeur des arènes de Pérols, ainsi que de Beaucaire.

Un nouveau livre

facecd34
PAVÉ
TAE
PAVÉ 250

Jacky Siméon qui fut un des meilleurs raseteurs des courses camarguaises de la région pendant vingt ans, comme Jean-Pierre Rico l’a justement affirmé, a ensuite dédicacé son nouveau libre, près de la bodega en plein air, « Sur la route des taureaux », publié aux éditons gardoises Au Diable Vauvert, tout près de photos et d’objets retraçant sa carrière. Une exposition nostalgique bienvenue en ce jour de fête des pères. Les trois enfants de Jacky Siméon -Marine,Christophe et Romain- honoraient de leur présence cette cérémonie, avec leur mère Joëlle.

Relève assurée

Cette dédicace fut l’occasion pour ce discret pérolien de sympathiques retrouvailles et de parler de l’avenir de la bouvine, avec des anciens. Cette étape de dimanche dans les arènes de Pérols -le Trophée taurin de la métropole se terminera en beauté le 29 octobre à Vendargues- a permis de montrer que la relève est assurée, devant un public conquis.

De jeunes raseteurs comme Dunan, Marquis, Errik, Soler ou encore Joachim Cadenas qui s’est illustré hier sur la piste font perdurer les lettres de noblesse de la spectaculaire course camarguaise et sa tradition : il n’y a pas de mise à mort dans l’arène, contrairement aux corridas.

Chronique sur TV Sud

Pour la chronique taurine hebdomadaire Noir et Blanc de TV Sud, Jacky Siméon est le spécialiste idoine, voire incontournable pour commenter en direct les courses, notamment celles du Trophée taurin de la métropole de Montpellier.

Hier, l’ex-raseteur a été mis à contribution pour cette étape dans les arènes de Pérols par l’animateur Christophe Chay pour qu’il résume en une phrase « en live » chaque exploit des raseteurs face à des taureaux en forme, tels que Gréco et Cupidon.

Assis sur les gradins, Jacky Siméon, encouragé par des proches à descendre dans l’arène a préféré rester au micro de TV Sud. Non pas par crainte d’affronter les taureaux, mais parce qu’il a définitivement tiré un trait sur ce passé qui lui a procuré des joies, mais aussi des sueurs froides. Et un bien mauvais souvenir avec un grave coup de corne. Jacky Siméon, c’est la sagesse même, en plus de sa discrétion.

>> PRATIQUE. À voir et à revoir : la chronique taurine Noir et Blanc, TV Sud : le mardi à 23h, le mercredi à 17h, le samedi à 16h et le dimanche à 14h30 http://www.tvsud.fr/

À lire : « Sur la route des taureaux », par Jacky Siméon, aux éditions Au Diable Vauvert. En librairie : http://www.audiable.com/

Jacky Siméon a dédicacé son nouveau livre, « Sur la route des taureaux ». Photo JMA, Métropolitain.
Les 13 raseteurs de la nouvelle génération dans les arènes de Pérols. Photo JMA, Métropolitain.
Des photos de la belle époque de Jacky Siméon. Photo JMA, Métropolitain.
Avez-vous notre nouvelle application mobile ? Si non, cliquez sur ce lien : http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

MA RÉACTION

Please enter your comment!
Please enter your name here