Législatives : La République En Marche veut prolonger la dynamique

1

LÉGISLATIVES. « Je suis entourée de deux marcheurs et de deux élus. Cela représente bien la diversité promise par En Marche et qui est arrivée dans les investitures » annonce fièrement Coralie Dubost. La référente départementale du mouvement présentait à la presse ce vendredi matin les candidats investis dans l’Hérault pour les législatives. Seules manquées autour de la table les deux conseillères municipales de Montpellier, appuyées par Philippe Saurel, Patricia Mirallès (1ère circonscription) et Stéphanie Jannin (2e circonscription), prises par des réunions.

L’objectif de la campagne est simple : « Notre ambition dépasse le département. Elle est de donner une majorité présidentielle à Emmanuel Macron. Nous nous battrons sur les neuf circonscriptions avec force et solidarité. Avec ce que l’on a vu aux élections présidentielles, tout est gagnable, tout est perdable ».

Pavé

Avec seulement un mois de campagne, les candidats vont devoir aller vite. Si certains sont des novices de la politique, ils ont en commun de connaître leur circonscription pour y vivre ou y travailler. Mais afin de les aider, le mouvement les réunit tous demain matin à Paris pour une session de formation. « En Marche continue sur sa lancée dans l’esprit start-up, nouvelles technologies et c’est un plaisir » confiait Coralie Dubost.

Reste encore deux candidats à investir sur les circonscriptions 7 et 8. Selon Coralie Dubost, celles-ci pourraient faire partie des négociations avec le MODEM. Les derniers candidats seront annoncés mercredi.

Paroles de candidats

Coralie Dubost, candidate sur la 3e circonscription : « C’est une circonscription qui est particulièrement intéressante car il y a plusieurs psychologies de territoire : urbaine, périurbaine et rurale. Donc cela fait plusieurs projets à porter et à défendre. Le mandat de la députation est un mandat national où l’on doit défendre tous les citoyens de la nation ». La référente départementale du mouvement souhaite travailler sur le fond et aller à la rencontre des habitants.

Jean-François Eliaou, candidat sur la 4e circonscription : « J’ai rejoint En Marche l’année dernière car l’aspiration et les valeurs défendus, mais également, la personnalité et l’enthousiasme m’ont convaincu de continuer à faire de la politique. Je me suis investi dans ce qui, pour moi, représente l’ardeur de la société citoyenne : vouloir faire remonter ses besoins, discuter politique et, surtout, pour nos concitoyens d’acquérir ou de réacquérir la conscience politique. Les valeurs défendues par le mouvement sont à la fois, peut être, libérales mais surtout il y la notion de solidarité et l’attention aux plus fragiles qui me convient parfaitement ». Ancien du Parti Radical, ce médecin hospitalier se présente sur un territoire essentiellement rural : « La ruralité est un point extrêmement important dans le programme d’Emmanuel Macron, source de richesses et de frustrations en raison de l’éloignement et des facilités que l’on trouve dans les métropoles ».

Philippe Huppé, candidat sur la 5e circonscription : « C’est surtout contre le Front national que mon combat se développera car c’est un danger pour la France et nos territoires ». Sur une circonscription rurale, le maire d’Adissan, en retrait du Parti Radical, est également président de l’association nationale des Villes et Métiers d’Art : « Cela m’anime et je le porterai dans cette campagne. Dans la 5e circonscription, il y a beaucoup de professionnels des métiers d’art. C’est de l’artisanat, c’est de la production locale française, et ce sont des gens qui animent ce territoire ».

Isabelle Voyer, candidate sur la 6e circonscription : « Il y a en face de moi des candidats plus connus. C’est un beau challenge. J’ai vraiment envie d’apporter aux Bitérrois mon expérience et mes compétences ». Géologue de formation, depuis 10 ans à travers son entreprise de conseils, elle « aide les industrielles à ménager leurs processus en réduisant leurs impacts environnementaux ». Isabelle Voyer quittera ses fonctions de chef d’entreprise si elle est élue.

Patrick Vignal, candidat sur la 9e circonscription : « Ce qu’il se passe avec En Marche c’est extraordinaire, nouveau et ne sera pas facile à construire. La priorité aujourd’hui est de donner une majorité au Président de la République. Cette majorité sera dure à gagner car le PS, Les Insoumis et Les Républicains sont déboussolés et un peu désossés. Il faudra encore plus que jamais aller sur le terrain ». Le candidat, anciennement investi par le PS, déclare sans aucune ironie : « Je voulais le dire calmement. Je remercie mon ancien parti car après tout, pour l’instant, ou ils n’ont pas trouvé quelqu’un ou ils ne mettent personne ».

Sur cette circonscription, le PS a pour l’heure apporté son soutien au candidat Vert Bertrand Coisne.

PARTAGER
mm
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier, Cédric se décrit comme un observateur discret de la vie locale. Aux scoops, il préfère consacrer sa plume à mettre en lumière individus et initiatives. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

Une réaction

Laisser un commentaire