Législatives : les candidats LR et UDI dans un pack pour l’Hérault

4
Arnaud Julien, secrétaire départemental de la fédération Les Républicains 34, candidat sur la 8e circonscription de l'Hérault

ÉLECTIONS. Un mois avant que les Français retournent aux urnes pour les élections législatives (11 et 18 juin), les candidats Républicains de l’Hérault se présentaient à la presse pour présenter leur programme. Le mot d’ordre est l’unité avec pour objectif d’obtenir une majorité au parlement dans le but de proposer François Baroin comme Premier ministre et ainsi amener le programme et les valeurs de la droite dans le projet présidentiel d’Emmanuel Macron.

Arnaud Julien, secrétaire départemental de la fédération Les Républicains 34, présente les candidats de son parti  : « Ce que nous avons voulu au niveau départemental, avec nos amis de l’UDI, c’est le renouvellement. Sur 9 candidats, il y a 6 nouveaux candidats aux élections législatives. La féminisation aussi puisque les hommes sont en minorités. On a entendu la volonté de nos concitoyens de renouvellement ». Et pour bien cerner l’état d’esprit, ile candidat sur la 9e circonscription use d’une métaphore rugbystique : « Ce que l’on propose c’est un pack pour l’Hérault. Nous travaillerons de concert, nous soutiendrons les uns et les autres les dossiers. L’Hérault a besoin d’une équipe pour défendre ses intérêts ».

PAVÉ
TAE
PAVÉ 250

Laurence Magne, candidate sur la 7e circonscription qui comprend Sète, y va également de sa métaphore maritime : « On est sur un navire, il y a un capitaine François Baroin. On a un gouvernail, ce sont nos convictions. On a un cap, je dirais c’est le cap de Bonne-Espérance pour la France. On a un projet qui peut donner beaucoup d’espoir aux Français ».

Arnaud Julien résume simplement les enjeux : « Si les électeurs veulent un programme de droite, il faut voter pour nos candidats de la droite et du centre dans le département de l’Hérault ».

La présidentielle et François Fillon derrière

Élie Aboud, candidat sur la 6e circonscription revient sur l’élection présidentielle : « On a soutenu un candidat, on a été jusqu’au bout. On a joué le jeu, vous connaissez les résultats, on ne va pas revenir sur ça. Pour la première fois à la Présidentielle, la voix a été claire dans notre famille politique, pour barrer la route à l’extrême droite et le FN ».

La présidentielle a obligé le parti à la réflexion. Pour Élie Aboud : « 4% des ouvriers ont voté pour nous. On n’est pas le parti des élites. Il va falloir réorienter notre discours et notre projet politique ».

Le succès d’Emmanuel Macron oblige désormais les partis politiques traditionnels à changer leur approche. Élie Aboud explique celle des Républicains : « Aujourd’hui, on n’est pas dans une logique de blocage. Sauf que l’on constate qu’il y a entre 150 et 200 députés sortants du PS qui attendent l’étiquette En Marche. Le nouveau Président de la République s’il a une majorité de PS sortants, on sait où sera le curseur politique. Notre logique à nous est, à défaut d’avoir une majorité présidentielle, d’oeuvrer pour une majorité parlementaire solide. Non pas pour s’opposer mais pour amener le Président de la République vers nos valeurs (…) On est des gens pragmatiques pas dogmatiques. On n’est pas dans l’optique d’être une opposition systématique (…) Emmanuel Macron est clair, il dit être prêt à travailler avec tout le monde. À nous de faire en sorte qu’il travaille avec nous ».

Il résume cela par la formule « Ni opposition, ni soumission » et en expliquant : « On n’est pas les socialistes. On a nos valeurs. À nous de les défendre. Les Républicains ne sont pas divisés sur le fond et l’orientation. On sait où on va, on sait ce que l’on veut, aux électeurs de décider ».

« Il parle avec les centristes, les Sarkozystes dont il fait parti, il a été à côté de notre ancien candidat, Fillon durant la campagne et il parle avec les Juppéistes. Il a une connaissance de la cartographie territoriale président AMF. Il parle avec tous les courants républicains et avec nos amis centristes. À partir de là le choix est évident ».

François Baroin, Premier ministre

Joseph Francis, candidat sur la 1ère circonscription, répond à certains commentaires : « Je voudrais afficher clairement l’unité contrairement à ce que l’on peut entendre ici ou là. Nous sommes unis derrière François Baroin, président du comité désigné par Les Républicains et l’UDI pour conduire les élections législatives. Cette union a pour objectif de rassembler le maximum de Français qui ont voté à la fois pour François Fillon au premier tour et ceux qui n’ont pas voulu le faire ».

Pour Élie Aboud, explique pourquoi François Baroin est le candidat idéal au poste de Premier ministre : « Il parle avec les centristes, les Sarkozystes dont il fait parti, il a été à côté de notre ancien candidat durant la campagne et il parle avec les Juppéistes. Il a une connaissance de la cartographie territoriale en tant que président de l’Association des Maires de France. Il parle avec tous les courants républicains et avec nos amis centristes. À partir de là le choix est évident ».

Le programme des Républicains

Joseph Francis détaille une partie du programme défendu lors de ces Législatives : « Un programme qui reprend celui de François Fillon mais ajusté après avoir entendu les Français ». En accord avec Emmanuel Macron sur la volonté de « remettre de l’ordre dans les finances publics », le patron de l’UDI dans l’Hérault désire redonner du pouvoir d’achat aux Français en diminuant les charges salariales des entreprises.

Le programme des Républicains souhaite également revoir la diminution des postes de fonctionnaires : « Non pas le faire sur un mandat mais deux mandats, non pas de 500 000 mais de 300 000 ». Joseph Francis explique « Il ne faut pas le faire sans revoir le périmètre de compétences de l’État. On ne peut pas dire on va diminuer les postes alors qu’il manque à l’hôpital des postes de soin et qu’il faut moderniser la fonction publique ». Catherine Dardé, candidate sur la 2e circonscription, abonde dans le même sens : « Le système de santé est à bout de souffle. Il va falloir se poser les bonnes questions notamment sur la sécurité sociale. Il ne faut pas toucher au personnel de soin. Les 35 heures ont mis à genou l’hôpital. Le mille-feuilles administratif dans les hôpitaux doit être revu. Ce système socialiste à entraîner l’effondrement. Il y a des choses à réformer au niveau de la santé ».

Joseph Francis résume ainsi le visage et le programme de cette alliance entre Les Républicains et l’UDI : « Une droite réformatrice, humaniste et qui veut donner à la classe moyenne une diminution de 10 % sur l’impôt sur le revenu immédiatement. Tout cela va nous coûter 65 milliards mais nous avons 100 milliards des dépenses publiques. Ce que nous comptons faire est compatible avec le président élu ».

Autres paroles de candidats

Catherine Dardé, candidate sur la 3e circonscription : « Nous partons tous unis, c’est essentiel, pour faire gagner notre parti et à l’issue de l’élection être une force de conviction et de proposition au parlement ». Elle s’interroge sur la méthode d’Emmanuel Macron à propos de l’ordonnance sur la loi Travail qu’elle défend en raison des possibilités de développement des entreprises et de la création d’emploi : « Refuser d’avoir un débat au parlement sur la loi travail ce n’est pas gouverner autrement. C’est gouverner comme dans les années 70. C’est faire fi de la démocratie (…) Le parlement doit être un lieu de discussion des propositions d’Emmanuel Macron  »

Catherine Rouillé, candidate sur la 5e circonscription qui compte 143 communes sur un territoire étendue : « J’incarne la ruralité qui est un peu trop oublié (…) en restaurant les prérogatives des petites communes et restaurer une dynamique de ce grand territoire par rapport aux grandes métropoles ». Pur produit de la société civile comme elle se définit, elle souhaite ainsi « défendre la liberté d’entreprise ».

Nancy Canaud, candidate sur la 2e circonscription, se définie comme « une femme de conviction et députée qui portera des valeurs fortes. Je pense qu’il n’y a aucune situation désespérée et je voudrai porter ce message dans cette circonscription très hétéroclites, qui portent des zones extrêmement fragiles. Tout le monde a un talent tout le monde à quelque chose en soit qu’il faut faire sortir. Notre projet est plein d’espoir, tout le monde est indispensable dans la société, tout le monde peut réussir. Il ne faut pas qu’il y ait des zones d’exclusion. Ce sera mon message porteur par le biais des valeurs comme le travail ». Nancy Canaud sera vigilante sur le programme d’Emmanuel Macron qu’elle ne veut pas qu’il soit dans le prolongement de la politique de François Hollande.

Joëlle Jennin-Vignaud, candidate sur la 9e circonscription : « Je n’ai pas honte de dire que je suis de droite et je me bats pour ses valeurs ». Elle met en avant sa passion pour l’environnement à travers ses engagements aux Syndicat Mixte du Bassin de l’Or ou dans le Syndicat du Vidourle et son approche du terrain : « Je parle avec tout le monde sauf que je ramène toujours à mes valeurs ».

Avez-vous notre nouvelle application mobile ? Si non, cliquez sur ce lien : http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
Journaliste depuis plus de 10 ans et amoureux de Montpellier. Observateur discret de la vie locale. Ses centres d’intérêt ? « Aussi variés que les facettes de la ville ».

4 RÉACTIONS

  1. Je me permets de vous faire part des candidatures UPR ( Union Populaire Républicaine ) pour les circonscriptions de l’Hérault:

    Circonscription n° 1: Nicolas Miray UPR

    Circonscription n°2: Elie Guerreiro-Viseu UPR

    Circonscription n°3: Laurence Beneteau UPR

    Circonscription n°4: Manuela Viaene UPR

    Circonscription n°5: Sybille Saint-Girons UPR

    Circonscription n°6: Armelle Luigi UPR

    Circonscription n°7: Bruno Luigi UPR

    Circonscription n°8 Romain Mespoulet UPR

    Circonscription n°9: Kamy Nazarian UPR

  2. j’ai reçu une liste pour la 1e circonscription de Montpellier « démocrates et républicains », est -ce que c’est « les républicains » ou y a t-il une liste ou un candidat LR J’habite la Chamberte à Montpellier Merci

MA RÉACTION

Please enter your comment!
Please enter your name here