Paris : le terroriste « qui voulait tuer des policiers » était libre

0
Les Champs-Élysées bouclés toute la nuit.

ATTENTAT. Un terroriste présumé de 39 ans a ouvert le feu jeudi soir sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris. Vers 21 heures, après avoir garé une Audi A4 derrière un fourgon de police, dans lequel se trouvaient trois gardiens de la paix de la Sécurité publique, il a tiré sur eux avec une Kalachnikov. Un acte délibéré.

Un policier a été tué, deux autres blessés, dont un grièvement. Ce vendredi, le pronostic vital n’est plus engagé. Une passante a été légèrement atteinte par un projectile.

facecd34
PAVÉ
TAE
PAVÉ 250

Les Champs-Élysées ont été bouclés par d’importantes forces de l’ordre durant toute la nuit. Les tenanciers, employés et clients de nombreuses enseignes de la plus belle artère du monde ont reçu l’ordre de rester confiner dans les boutiques, bars, restaurants et supermarchés.

Un combattant de Daech

L’assaillant a été abattu par des policiers de la brigade anticriminalité, BAC. Daech a très rapidement revendiqué l’attaque dans la soirée. « L’auteur de l’attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’Etat islamique », selon un communiqué publié par son organe de propagande Amaq.

Selon des sources proches de l’enquête, l’agresseur abattu est un Français de 39 ans, qui faisait déjà l’objet d’une enquête antiterroriste. Cela pose donc la question de savoir s’il s’agit du même homme que celui donné par Daesh.

« L’identité de l’attaquant est connue et a été vérifiée », a indiqué dans la nuit devant la presse, près du lieu de l’attaque, le procureur de la République de Paris, François Molins. Mais, il s’est refusé à la dévoiler, en raison des nécessités de l’enquête ouverte par le parquet antiterroriste.

Remis en liberté

L’homme était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers sur des messages laissés sur les réseaux sociaux. Il avait été arrêté le 23 février, avant d’être remis en liberté par la justice faute de preuves suffisantes, selon des sources proches de l’enquête…Les syndicats de police ont assuré, ce vendredi matin qu’ils allaient demander des explications sur ce qui apparaît être un « couac » judiciaire. Il faut s’attendre à une nouvelle polémique entre les forces de l’ordre et les magistrats, pointés du doigt pour leur laxisme.

Il avait déjà été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion pour tentatives d’homicide volontaire sur un policier, un élève gardien de la paix et le frère de celui-ci, en Seine-et-Marne, où il résidait et où son domicile a été perquisitionné cette nuit.

Hommage national

Les enquêteurs poursuivent vendredi leur investigations, à deux jours du premier tour d’une présidentielle placée sous haute surveillance en raison de la menace jihadiste.

François Hollande a « convoqué » un conseil de défense depuis 8h ce vendredi, à l’issue jeudi soir d’une réunion de crise au cours de laquelle le Chef de l’Etat s’est entretenu avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Matthias Fekl et Jean-Jacques Urvoas. Le Président de la République a annulé son déplacement officiel prévu aujourd’hui à Belle-Île-en-Mer, en Bretagne.
François Hollande a annoncé ce matin qu’un hommage national sera rendu au policier tué.
Avez-vous notre nouvelle application mobile ? Si non, cliquez sur ce lien : http://urlz.fr/5ohh.
PARTAGER
mm
Sa passion, c’est son métier depuis déjà 36 ans. Spécialisé dans le traitement des faits-divers et dans les chroniques judiciaires, ce « roi du scoop » natif du Luberon ne compte jamais ses heures. Ses atouts : une plume aiguisée et un réseau d’informateurs à faire pâlir.

MA RÉACTION

Please enter your comment!
Please enter your name here